Message du recteur (dimanche 10 mai)

Semaine de la mi-Pentecôte & Dimanche de la Samaritaine

Chers Amis, le Christ est ressuscité ! En vérité, il est ressuscité !

Nous célébrons ce dimanche de la Samaritaine au cours de la semaine de la mi-Pentecôte. L’eau vive est partout présente, tous ces dimanches, en promesse d’abondance joyeuse des énergies du Saint Esprit, possible depuis la Pentecôte et grâce à la Passion et à la Résurrection du propre Fils de Dieu, Jésus. Nous en vivons depuis et surtout pour les temps à venir qui s’approchent rapidement.

Encore confinés, nous célébrons à la maison, essentiellement. Il faut se rendre compte que Dieu est présent partout, même en dehors de l’église où la liturgie est célébrée entièrement. Pour prier convenablement, il ne faut pas attendre d’aller participer à la liturgie. Et combien de temps y en aura-t-il encore ? Et dans quelles conditions ?

Le monde a changé très profondément à l’occasion de la pandémie et il faudra s’ajuster à ce qu’il est bon d’accueillir. Il faudra aussi refuser le mal.

Il faudra adorer en esprit et en vérité.

Ce culte n’est pas facile, et va l’être encore bien moins.

Le culte en esprit et en vérité que Dieu désire suppose que nous nous préparions à faire des choix simples mais déterminants. Aujourd’hui pour nous, ce sera en discernant l’Esprit de Dieu dans le cours des événements. Car c’est dans ces choix que Dieu connaît les siens, les êtres humains authentiques, qu’ils soient d’une religion ou de l’autre ou d’aucune.

Comment se préparer ?

Par la prière quotidienne personnelle comme communautaire dans les mesures qui nous sont possibles, dans la joie.

Par notre observation active de la Parole de Dieu méditée dans les saintes Ecritures, quand nous sommes avides de ses enseignements et des exemples qu’on y trouve. En particulier les 10 Paroles, conçues pour que nous remplissions notre existence de l’amour-même de Dieu.

En cultivant l’humilité et la solidarité entre chrétiens, car comment présumer de nos forces dans cette situation ?

C’est la pâque du monde ! Que les fleuves d’eau vive promis par Jésus notre Sauveur débordent et que nous relevions la tête (Luc 21,20-28) : le Seigneur vient faire toutes choses nouvelles !

 

*Je célèbre la liturgie à l’église à 10h00 avec et pour vous ainsi que tous ceux que vous avez à l’esprit.

 

DIMANCHE DE LA SAMARITAINE

 

* Vous pouvez disposer des éléments ci-dessous comme vous l’entendez, en fonction du temps dont vous disposez, des âges, etc. Vous pouvez trancher !
Traduction : p. Denis Guillaume

OFFICE

Pour commencer, le chef de famille se tient debout et dit, après un instant de silence:
Par les prières de nos saints pères, Seigneur Jésus Christ notre Dieu, aie pitié de nous.

Puis on chante 3 fois :

Le Christ est ressuscité des morts, / par sa mort il a vaincu la mort,
/ à ceux qui sont dans les tombeaux / il a donné la vie.

Puis on récite :

Saint Dieu, Saint Fort, Saint Immortel, aie pitié de nous. (3 fois)
Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit,
maintenant et toujours et aux siècles des siècles. Amen.
Très sainte Trinité, aie pitié de nous.
Seigneur, remets nos péchés.
Maître, pardonne-nous nos iniquités.
Saint, visite-nous et guéris nos infirmités à cause de ton Nom.
Kyrie eleison. (3 fois) Gloire au Père…

Ensemble :

Notre Père qui es aux cieux, que ton Nom soit sanctifié,
que ton règne vienne, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.
Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour,
pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensé,
et ne nous laisse pas entrer en tentation mais délivre-nous du Malin.
Kyrie eleison. (12 fois) Gloire au Père… Et maintenant…

 

Tropaire, ton 4

Recevant de l’Ange la joyeuse nouvelle / de la Résurrection de leur Seigneur / et détournant l’ancestrale condamnation, / les saintes Femmes se firent gloire d’annoncer aux Apôtres : / Le Christ a triomphé de la mort, / il est ressuscité, notre Dieu, / pour donner au monde la grande miséricorde.

Gloire… Et maintenant … ton 8

Au milieu de la fête désaltère mon âme assoiffée, / car à tous les hommes, Sauveur, tu déclaras : / Qu’il vienne à moi et qu’il boive, celui qui a soif ! / Source de vie, ô Christ notre Dieu, gloire à toi.

 

Cathisme I, ton 4

Voyant l’entrée du tombeau / et ne pouvant soutenir l’éclat de l’Ange éblouissant, / les saintes femmes porteuses de parfums / furent saisies d’effroi et disaient : / A-t-on volé celui qui ouvrit au Larron le Paradis, / s’est-il levé, celui qui avant sa Passion annonçait déjà sa Résurrection ? / Il est vraiment ressuscité, le Christ notre Dieu, / accordant à ceux de l’Hadès / la vie immortelle et la résurrection.

Gloire au Père…

Sauveur immortel, tu es ressuscité, / réveillant avec toi le monde entier ; / par ta puissance, ô Christ notre Dieu, / tu as brisé l’empire de la mort ; / Dieu de tendresse, tu as montré / à tous les hommes la résurrection. / Toi qui nous aimes, nous te glorifions.

Maintenant… Théotokion

Le mystère caché de toute éternité / et que les Anges mêmes ne connaissaient, / grâce à toi, ô Mère de Dieu, / sur la terre nous fut révélé : / Dieu s’incarne sans confondre les deux natures en cette union, / et librement il a voulu souffrir pour nous sur la croix, / pour ressusciter Adam et sauver nos âmes de la mort.

 

Cathisme II, ton 4

Descendu des célestes parvis, / Gabriel s’approcha de la pierre où se trouvait le Roc de notre vie ; / de blanc vêtu, il cria aux femmes éplorées : / Cessez vos chants funèbres, car vous possédez pour toujours celui que vous aimez ; / prenez courage, car il est vraiment ressuscité, / celui qu’en pleurant vous cherchez ; / allez dire aux Apôtres : Il est ressuscité, le Seigneur !

Gloire au Père…

Librement tu as voulu souffrir la croix, Dieu Sauveur, / en un sépulcre neuf les mortels t’ont déposé, / toi dont le verbe rassemble les confins de l’univers ; / et par ta vivifiante Résurrection / l’hostile Mort fut enchaînée et dépouillée, / et les captifs de l’Hadès crièrent : Le Christ est ressuscité, / pour les siècles il demeure, comme Source de vie.

Maintenant… Théotokion

Joseph fut saisi d’effroi en contemplant / le mystère où la nature est dépassée, / il se souvint de la toison couverte de rosée, / Mère de Dieu, lorsque sans semence tu conçus, / du buisson non consumé par le feu, / du rameau d’Aaron qui fleurit ; / ton époux et ton gardien / te rendit témoignage devant les prêtres en criant : / La Vierge enfante et demeure vierge même après l’enfantement !

 

POLYÉLÉOS

CHŒUR : Louez le Nom du Seigneur, / louez-le, serviteurs du Seigneur. Alléluia.

Qui vous tenez dans la maison du Seigneur, / dans les parvis de la maison de notre Dieu. Alléluia.

Louez le Seigneur car le Seigneur est bon ; / chantez à son Nom car il est favorable. Alléluia.

Car le Seigneur s’est choisi Jacob, / Israël pour qu’il lui appartînt. Alléluia.

Je sais que le Seigneur est grand / et que notre Seigneur est au-dessus de tous les dieux. Alléluia.

Tout ce que le Seigneur veut, il le fait / dans les cieux et sur la terre, dans les mers et dans tous les abîmes. Alléluia.

Il fait monter les nuages des extrémités de la terre. / Il produit les éclairs et la pluie, il tire le vent de Ses trésors. Alléluia.

Maison d’Israël, bénissez le Seigneur. / Maison d’Aaron, bénissez le Seigneur. Alléluia.

Maison de Lévi, bénissez le Seigneur ; / vous qui craignez le Seigneur, bénissez le Seigneur. Alléluia.

Que de Sion l’on bénisse le Seigneur, / qui habite à Jérusalem. Alléluia.

 

Evloghitaires de la Résurrection :

Tu es béni, Seigneur, enseigne-moi tes jugements.

Le chœur des anges fut frappé de stupeur, en te voyant compté parmi les morts,
alors que, Sauveur, tu anéantissais la puissance de la mort,
et qu’avec toi tu relevais Adam, libérant tous les hommes des enfers.

Tu es béni, Seigneur, enseigne-moi tes jugements.

Pourquoi mêlez-vous à la myrrhe des larmes de compassion, vous ses disciples ?
disait aux myrophores l’ange resplendissant dans le tombeau ;
voyez le sépulcre et réjouissez-vous, car le Sauveur s’est relevé du tombeau.

Tu es béni, Seigneur, enseigne-moi tes jugements.

De grand matin, les myrophores accoururent en se lamentant à ton sépulcre ;
mais l’ange se tint devant elles et leur dit :
Le temps des lamentations est passé, ne versez plus de larmes,
mais annoncez aux apôtres la Résurrection.

Tu es béni, Seigneur, enseigne-moi tes jugements.

Les femmes venues avec la myrrhe à ton sépulcre, Sauveur, se lamentaient,
mais l’ange leur adressa ces paroles :
Pourquoi comptez-vous parmi les morts le Vivant ?
Car étant Dieu, il s’est relevé du tombeau.

Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit.

Adorons le Père, le Fils et le Saint-Esprit, Trinité sainte en un seul être ;
avec les séraphins écrions-nous : Saint, saint, saint es-tu, Seigneur.

Et maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen.

 

Hypakoï, ton 4

Premières annonciatrices de ta merveilleuse Résurrection, / les Myrophores, Seigneur, / coururent vers tes Apôtres en disant : / Le Christ est ressuscité comme Dieu, / accordant au monde la grande miséricorde.

Anavathmi, ton 4

Antienne 1

Dès ma jeunesse elles m’ont traqué / les passions qui m’assaillent, / mais toi, ô mon Sauveur, / protège-moi et sauve-moi.

Que soient tous confondus par le Seigneur / les ennemis de Sion, / qu’ils soient comme l’herbe que roussit / le feu qui la dessèche !

Gloire au Père… Maintenant…

C’est par grâce de l’Esprit saint / que toute âme vit / et s’élève en toute pureté, / pour resplendir de la triple unité en un mystère sacré.

Antienne 2

Avec ardeur je crie vers toi, Seigneur, / du fond de mon âme : / que ton oreille, ô mon Dieu, / se fasse attentive à ma voix !

Tout homme qui met / dans le Seigneur son espérance / bien haut s’élèvera / au-dessus de tout chagrin.

Gloire… Maintenant…

Ils jaillissent du saint Esprit, / les flots de la grâce / qui arrosent l’entière création / pour faire éclore la vie.

Antienne 3

Vers toi j’élèverai mon cœur, / vers toi, ô Verbe de Dieu : / que nul des plaisirs de cette vie / ne m’entraîne aux misères d’ici-bas !

Comme éprouve de l’affection / un fils pour sa mère, / plus encore devons-nous avoir / pour le Seigneur un fervent amour.

Gloire… Maintenant…

L’Esprit saint nous infuse richement / sagesse, contemplation et connaissance de Dieu : / par lui c’est l’éternel dessein / du Père que le Verbe a révélé.

 

 

Ton 6

Ayant contemplé la Résurrection du Christ, / prosternons-nous devant notre saint Seigneur Jésus : / il est le seul sans péché. / Ô Christ, nous nous prosternons devant ta Croix / et nous chantons et glorifions ta sainte Résurrection, / car tu es notre Dieu, / nous n’en connaissons nul autre que toi : / ton nom, nous le proclamons ; / venez, tous les fidèles, / prosternons-nous devant la sainte Résurrection du Christ ; / voici que par la croix la joie a pénétré le monde entier ; / sans cesse louons le Seigneur / et chantons sa Résurrection, / car en souffrant pour nous sur la croix / il a détruit la mort par sa mort. (3 fois)

 

Psaume 50 
Aie pitié de moi, ô Dieu, dans ta bonté,
selon ta grande miséricorde, efface mes transgressions.
Lave-moi de toute iniquité et purifie-moi de ma faute,
car je reconnais mes transgressions, et ma faute est constamment devant moi.
J’ai péché contre toi seul, j’ai fait ce qui est mal à tes yeux.
Aussi tu seras juste dans ta sentence, sans reproche dans ton jugement.
Oui, je suis né dans l’iniquité, et pécheur ma mère m’a conçu.
Mais tu veux que la vérité soit au fond du coeur ;
fais donc pénétrer la sagesse au-dedans de moi.
Asperge-moi avec l’hysope, et je serai pur, lave-moi, et je serai plus blanc que la neige.
Annonce-moi l’allégresse et la joie, et les os que tu as humiliés se réjouiront.
Détourne ton regard de mes péchés, efface toutes mes iniquités.
Ô Dieu, crée en moi un coeur pur, renouvelle un esprit droit dans mes entrailles.
Ne me rejette pas loin de ta face, ne me retire pas ton Esprit Saint.
Rends-moi la joie de ton salut, soutiens-moi par l’Esprit puissant.
J’enseignerai tes voies à ceux qui les transgressent, et les pécheurs reviendront à toi.
Ô Dieu, Dieu de mon salut, délivre-moi du sang versé, et ma langue célébrera ta miséricorde.
Seigneur, ouvre mes lèvres, et ma bouche annoncera ta louange.
Si tu avais voulu des sacrifices, je t’en aurais offert,
mais tu ne prends point plaisir aux holocaustes.
Le sacrifice qui est agréable à Dieu, c’est un esprit brisé.
Ô Dieu, tu ne dédaignes pas le coeur contrit et humilié.
Répands par ta grâce tes bienfaits sur Sion, rebâtis les murs de Jérusalem !
Alors tu agréeras des sacrifices de justice, l’oblation et les holocaustes,
alors on offrira des taureaux sur ton autel.

Ton 6

Gloire au Père : Par les prières des Apôtres, / O miséricordieux, / efface le grand nombre de nos péchés.

Maintenant : Par les prières de la Mère de Dieu…

Aie pitié de moi, Seigneur / en ta bonté, / en ta grande tendresse efface mon péché.

Ressuscité du tombeau / comme il l’avait prédit, / Jésus nous donne la vie éternelle / et la grande miséricorde.

 

Stichères du Canon

Tu es, Seigneur, notre résurrection, / tu es le fleuve de vie éternelle, / tu as voulu, Sauveur, connaître la fatigue et la soif ; / soumis aux lois de la nature, tu es venu à Sichar / et demandas à la Samaritaine de te donner de l’eau.

Les Myrophores, ayant aperçu / l’ange à l’aspect resplendissant, / craintives, s’éloignèrent du tombeau, / chez les Disciples se hâtant de courir / pour leur apprendre la résurrection du Christ.

Seigneur qui es l’eau vive et qui bâtis / tes chambres hautes sur les eaux, / tu accordas à la Samaritaine / les saintes ondes qu’elle demandait, / connaissant ta miséricorde infinie.

Jour de la Résurrection ! / Peuples, rayonnons de joie : / c’est la Pâque, la Pâque du Seigneur ! / De la mort à la vie, / de la terre jusqu’au ciel / le Christ notre Dieu nous conduit : / chantons la victoire du Seigneur.

 

Kondakion, ton 4

Au milieu de la fête prescrite par la Loi, / Créateur et Seigneur de l’univers, / Christ notre Dieu, tu dis à ceux qui t’entouraient : / Venez puiser aux flots de l’immortalité ! / C’est pourquoi nous nous prosternons devant toi / et fidèlement te crions : accorde-nous ta compassion, / car tu es la source de notre vie.

Cathisme, ton 4

Que le ciel se réjouisse, que dansent les mortels, / car le Christ, né de la Vierge et apparu dans notre chair, / par sa propre mort a délivré / de la poussière du tombeau le genre humain ; / demandant à la Samaritaine de l’eau, / dans l’éclat du miracle, il lui offre à son tour / la source de grâce et la vie immortelle.

Gloire au Père… Maintenant…

Prince de sagesse et Maître de savoir, / au milieu de la fête prescrite par la Loi, assis dans le Temple, tu enseignais, / disant aux foules rassemblées : / Celui qui a soif, qu’il vienne à moi, / qu’il boive l’eau que j’accorde maintenant ; / en elle tous les hommes goûteront la vie divine et la joie.

 

Stichères

Seigneur, à la femme de Samarie / qui te demandait de l’eau / tu donnas celle du divin savoir / et, n’ayant plus soif, elle te chante pour toujours.

Toi qui embrasses tout l’univers, / Jésus, tu vins dans le Temple et tu enseignas / aux foules ta parole de vérité, / au milieu de la fête, comme dit l’évangéliste saint Jean.

L’œuvre du Père, tu l’accomplis, / ta parole fut confirmée par tes œuvres, / tu fis des guérisons et des miracles, Sauveur, / redressant le Paralytique, purifiant les lépreux et ressuscitant les morts.

Source intarissable de la vie, / océan de miséricorde et Seigneur de bonté, / en chemin tu t’arrêtas / pour t’asseoir près du puits de Jacob ; / à la Samaritaine tu déclaras : / Donne-moi de l’eau à boire, tu recevras les flots du pardon.

 

Kondakion, ton 8

Venue près du puits, la Samaritaine te contempla / Source de sagesse, avec les yeux de la foi ; / en abondance elle y puisa le royaume d’en-haut ; / et sa mémoire est glorifiée pour l’éternité.

Ikos

Écoutons dignement l’évangile où saint Jean / nous enseigne clairement les mystères sacrés / survenus jadis au pays de Samarie : / parlant à une femme le Seigneur lui demande de l’eau, / lui qui jadis ordonna que les eaux se rassemblent en un seul lieu, / le Verbe de Dieu qui partage même trône avec le Père et l’Esprit, / car il est venu chercher son image perdue, / et sa mémoire est glorifiée pour l’éternité.

Synaxaire

Ce même jour, cinquième dimanche de Pâques, nous célébrons la fête de la Samaritaine.

Corruptible était l’eau que tu cherchais, ô femme,
et tu puises l’eau vive où tu blanchis ton âme !

La raison de cette fête, c’est que le Christ en ce jour confesse clairement qu’il est le Messie, c’est-à-dire l’Oint. Et c’est pourquoi la présente fête a trouvé place dans la semaine de la Mi-Pentecôte. En outre, le dimanche précédent, le Christ opérait un miracle à la Piscine probatique. Ici, c’est au puits de Jacob que Jésus s’entretient avec une femme, ce puits que Jacob lui-même a fait creuser et qu’il a donné à son fils Joseph. Le lieu était d’importance, car près du mont Somôr les Samaritains habitaient de nombreuses villes.

La Samaritaine reçut plus tard le nom chrétien de Photine. Sous Néron elle ceignit la couronne du martyre, avec ses sept enfants, après de nombreuses tortures.

Pas les prières de ta sainte martyre Photine, Christ notre Dieu, aie pitié de nous. Amen.

 

Stichères

Assis près du puits à la sixième heure du jour, / Dieu sauveur, tu accordas l’eau vive à la Samaritaine / et les flots de la connaissance, en ton immense bonté ; / c’est pourquoi nous chantons, nous aussi : / Toutes ses œuvres, bénissez le Seigneur.

Au milieu de la fête de cinquante jours, / tu montas vers le Temple, Sauveur, / et tu te mis à enseigner ; / les Juifs s’étonnèrent et disaient : / Comment sait-il les Écritures, n’ayant pas étudié ?

Faisant jaillir des flots de grâce et de salut, / Rédempteur, tu accomplis des signes éclatants, / guérissant les infirmes et chassant les maladies, / mais les Pharisiens devinrent furieux / devant la multitude des miracles accomplis.

Le plus grand des miracles, Sauveur, / tu l’accordas, comme promis, à tes Disciples / les envoyant prêcher ta gloire dans le monde entier ; / à tous les peuples ils ont annoncé / la grâce de ton incarnation et de ta sainte Résurrection.

Théotokion : En ton sein, Vierge Mère de Dieu, / tu abritas l’Un de la sainte Trinité, le Christ source-de-vie, / que chante l’entière création / et devant qui les Anges se tiennent en tremblant. / Intercède auprès de lui pour que nos âmes soient sauvées.

La Source de tout bien qui vivifie les vivants, / répandant en abondance ses enseignements, / dit à la femme de Samarie : / Donne-moi à boire de l’eau, / afin que je te donne à mon tour / l’eau qui asséchera le flot de tes péchés.

 

Saint est le Seigneur notre Dieu (3 fois)

Exapostilaire, ton 2

Du sommeil où reposait ton corps, / ô mon Roi et mon Seigneur, / le troisième jour tu es ressuscité, / de la fosse faisant surgir Adam, / car il a vaincu la mort, / Pâque où nous puisons la vie immortelle, / Pâque où le monde trouve le salut.

Gloire au Père…

Dans une ville de Samarie rencontrant une femme, / Sauveur tout-puissant, tu lui demandes de l’eau à boire, / qui jadis au désert fis jaillir de la roche la plus dure / le flot dont Israël but en abondance ; / Source de vie, tu éveilles la foi dans le cœur de la Samaritaine, / qui goûte pour toujours au ciel la joie et l’eau vive.

Maintenant…

Seigneur ami des hommes, tu parus dans le Temple, / au milieu de la fête, disant : / Venez à moi, vous tous qui avez soif, / puisez l’eau vive qui jaillit ; / en elle vous trouverez la joie, / vous jouirez de la grâce et de la vie éternelle.

 

Laudes, ton 4
Louez le Seigneur depuis les cieux,
Louez-le dans les hauteurs.

Tu as souffert la mort sur la croix / et tu es ressuscité des morts : / Seigneur tout-puissant, nous glorifions ta sainte Résurrection.

 

Louez Dieu dans son sanctuaire, louez-le au firmament de sa puissance.

Par ta croix, ô Christ, tu nous as délivrés de l’antique malédiction, / par ta mort tu as anéanti le diable qui tyrannisait le genre humain, / par ta Résurrection tu as rempli de joie tout l’univers ; / aussi nous te chantons : / Ressuscité d’entre les morts, Seigneur, gloire à toi.

 

Louez-le pour ses hauts faits, louez-le pour sa grandeur infinie.

 

Par ta croix, ô Christ notre Sauveur, / conduis-nous vers ta vérité, / arrache-nous aux filets de l’Ennemi. / Ressuscité d’entre les morts, / relève-nous de notre chute dans le péché, / et que ta main, Seigneur, se tende vers nous, / à la prière de tes Saints.

 

Louez-le aux sonneries du cor, louez-le par la cithare et la harpe.

Fils unique et Verbe de Dieu, / tu n’as pas quitté le sein paternel / quand par amour pour les hommes tu es venu sur terre / et t’es fait homme, sans changement ; / et dans ta chair tu as souffert de mourir en croix, / Dieu sauveur, impassible en ta divinité ; / mais, ressuscité des morts, tu accordas / l’immortalité au genre humain, Seigneur tout-puissant.

 

Louez-le avec tambours et danses, louez-le avec cordes et flûtes.

õ

En ta chair tu acceptas la mort, / Dieu sauveur, pour nous faire don de la vie immortelle ; / tu as voulu demeurer au tombeau / pour nous délivrer de l’Enfer / en nous faisant partager ta Résurrection, / souffrant dans ta chair, mais ressuscité comme Dieu ; / c’est pourquoi nous te chantons : / Gloire à toi, Source de vie, Seigneur ami des hommes.

 

Louez-le avec les cymbales sonores, louez-le avec les cymbales d’ovation,
que tout ce qui vit et respire loue le Seigneur !

Les rochers se fendirent / lorsque fut enfoncée ta croix sur le Calvaire, / et l’Enfer trembla d’effroi lorsqu’au sépulcre on déposa ton corps, / car tu as détruit la force de la mort / en accordant aux morts l’immortalité / par ta Résurrection, Dieu sauveur : / Source de vie, Seigneur, gloire à toi.

Ton 3

Chevauche dans l’éclat de ta royale splendeur, / défends la vérité, la bonté, la justice.

En ce jour se réjouissent la terre et le ciel, / car le Christ est apparu comme un homme porteur de notre chair / pour sauver Adam et tout le genre humain / de l’antique malédiction ; / par ses miracles suscitant l’admiration, / il est venu en Samarie ; / il apparaît à une femme, cherchant de l’eau, / lui qui se revêt des nuages portant l’eau du ciel ; / et nous tous, les fidèles, nous nous prosternons devant celui / qui dans son dessein bienveillant / a voulu rejoindre notre humaine pauvreté.

Ton 6

Tu aimes la justice, tu détestes l’iniquité ; c’est pourquoi Dieu, ton Dieu, t’a consacré / d’une huile d’allégresse, de préférence à tes compagnons.

Ainsi parle le Seigneur à la femme de Samarie : / Si tu savais le don de Dieu / et quel est celui qui te dit : Fais-moi boire de l’eau, / c’est toi qui lui en aurais demandé, / et il t’aurait donné à boire, dit le Seigneur, / afin que tu n’aies plus soif dans l’éternité.

 

Gloire au Père…

Ton 6

La Source de vie, Jésus notre Sauveur, / arrivé au puits du patriarche Jacob, / demanda de l’eau à une femme de Samarie ; / mais, comme elle invoquait l’inimitié avec les Juifs, / le sage Créateur, par ses douces paroles, lui proposa / de lui donner l’eau jaillissante en la vie éternelle ; / et, l’ayant reçue, elle porta la nouvelle à tous en disant : / Venez voir celui qui connaît les secrets de nos cœurs, / le Dieu qui est apparu dans la chair / pour sauver tout le genre humain.

Maintenant…

Théotokion

Tu es toute bénie, Vierge Mère de Dieu, / car celui qui a pris chair de toi a triomphé de l’Enfer ; / par lui Adam et Ève furent délivrés de la malédiction, / la mort fut mise à mort et nous avons été vivifiés ; / c’est pourquoi nous élevons la voix pour chanter : / béni sois-tu, ô Christ notre Dieu, qui l’as voulu ainsi ! Gloire à toi.

 

DE LA LITURGIE : Liturgie de la Parole

Prokimen ton 4 Ps 103:24.1
Quelle profusion dans tes oeuvres, Seigneur ! Tout cela, ta sagesse l’a fait.
Quelle profusion dans tes oeuvres, Seigneur ! Tout cela, ta sagesse l’a fait.

Bénis le Seigneur, ô mon âme ; Seigneur mon Dieu, tu es si grand !
Quelle profusion dans tes oeuvres, Seigneur ! Tout cela, ta sagesse l’a fait.

Quelle profusion dans tes oeuvres, Seigneur !

Tout cela, ta sagesse l’a fait.

Actes des apôtres 11,19-30

19 Les frères dispersés par la tourmente qui se produisit lors de l’affaire d’Étienne allèrent jusqu’en Phénicie, puis à Chypre et Antioche, sans annoncer la Parole à personne d’autre qu’aux Juifs.

20 Parmi eux, il y en avait qui étaient originaires de Chypre et de Cyrène, et qui, en arrivant à Antioche, s’adressaient aussi aux gens de langue grecque pour leur annoncer la Bonne Nouvelle : Jésus est le Seigneur.

21 La main du Seigneur était avec eux : un grand nombre de gens devinrent croyants et se tournèrent vers le Seigneur.

22 La nouvelle parvint aux oreilles de l’Église de Jérusalem, et l’on envoya Barnabé jusqu’à Antioche.

23 À son arrivée, voyant la grâce de Dieu à l’œuvre, il fut dans la joie. Il les exhortait tous à rester d’un cœur ferme attachés au Seigneur.

24 C’était en effet un homme de bien, rempli d’Esprit Saint et de foi. Une foule considérable s’attacha au Seigneur.

25 Barnabé partit alors à Tarse chercher Saul.

26 L’ayant trouvé, il l’amena à Antioche. Pendant toute une année, ils participèrent aux assemblées de l’Église, ils instruisirent une foule considérable. Et c’est à Antioche que, pour la première fois, les disciples reçurent le nom de « chrétiens ».

27 En ces jours-là, des prophètes descendirent de Jérusalem à Antioche.

28 L’un d’eux, nommé Agabus, se leva pour signifier sous l’action de l’Esprit qu’il y aurait une grande famine sur toute la terre ; celle-ci se produisit sous l’empereur Claude.

29 Alors les disciples décidèrent d’envoyer de l’aide, chacun selon ses moyens, aux frères qui habitaient en Judée ;

30 ce qu’ils firent en l’adressant aux Anciens, par l’intermédiaire de Barnabé et de Saul.

Psaume 44,5-8 :
Alliluia, Alliluia, Alliluia !
Alliluia, Alliluia, Alliluia !
05 Ton honneur, c’est de courir au combat pour la justice, la clémence et la vérité. Ta main jettera la stupeur, les flèches qui déchirent ; sous tes coups, les peuples s’abattront.

Alliluia, Alliluia, Alliluia !
Tu aimes la justice, tu réprouves le mal. Oui, Dieu, ton Dieu t’a consacré d’une onction de joie, comme aucun de tes semblables.
Alliluia, Alliluia, Alliluia !

SAINT EVANGILE DE JÉSUS-CHRIST SELON JEAN

01 Les pharisiens avaient entendu dire que Jésus faisait plus de disciples que Jean et qu’il en baptisait davantage. Jésus lui-même en eut connaissance.

02 – À vrai dire, ce n’était pas Jésus en personne qui baptisait, mais ses disciples.

03 Dès lors, il quitta la Judée pour retourner en Galilée.

04 Or, il lui fallait traverser la Samarie.

05 Il arrive donc à une ville de Samarie, appelée Sykar, près du terrain que Jacob avait donné à son fils Joseph.

06 Là se trouvait le puits de Jacob. Jésus, fatigué par la route, s’était donc assis près de la source. C’était la sixième heure, environ midi.

07 Arrive une femme de Samarie, qui venait puiser de l’eau. Jésus lui dit : « Donne-moi à boire. »

08 – En effet, ses disciples étaient partis à la ville pour acheter des provisions.

09 La Samaritaine lui dit : « Comment ! Toi, un Juif, tu me demandes à boire, à moi, une Samaritaine ? » – En effet, les Juifs ne fréquentent pas les Samaritains.

10 Jésus lui répondit : « Si tu savais le don de Dieu et qui est celui qui te dit : “Donne-moi à boire”, c’est toi qui lui aurais demandé, et il t’aurait donné de l’eau vive. »

11 Elle lui dit : « Seigneur, tu n’as rien pour puiser, et le puits est profond. D’où as-tu donc cette eau vive ?

12 Serais-tu plus grand que notre père Jacob qui nous a donné ce puits, et qui en a bu lui-même, avec ses fils et ses bêtes ? »

13 Jésus lui répondit : « Quiconque boit de cette eau aura de nouveau soif ;

14 mais celui qui boira de l’eau que moi je lui donnerai n’aura plus jamais soif ; et l’eau que je lui donnerai deviendra en lui une source d’eau jaillissant pour la vie éternelle. »

15 La femme lui dit : « Seigneur, donne-moi de cette eau, que je n’aie plus soif, et que je n’aie plus à venir ici pour puiser. »

16 Jésus lui dit : « Va, appelle ton mari, et reviens. »

17 La femme répliqua : « Je n’ai pas de mari. » Jésus reprit : « Tu as raison de dire que tu n’as pas de mari :

18 des maris, tu en as eu cinq, et celui que tu as maintenant n’est pas ton mari ; là, tu dis vrai. »

19 La femme lui dit : « Seigneur, je vois que tu es un prophète !…

20 Eh bien ! Nos pères ont adoré sur la montagne qui est là, et vous, les Juifs, vous dites que le lieu où il faut adorer est à Jérusalem. »

21 Jésus lui dit : « Femme, crois-moi : l’heure vient où vous n’irez plus ni sur cette montagne ni à Jérusalem pour adorer le Père.

22 Vous, vous adorez ce que vous ne connaissez pas ; nous, nous adorons ce que nous connaissons, car le salut vient des Juifs.

23 Mais l’heure vient – et c’est maintenant – où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et vérité : tels sont les adorateurs que recherche le Père.

24 Dieu est esprit, et ceux qui l’adorent, c’est en esprit et vérité qu’ils doivent l’adorer. »

25 La femme lui dit : « Je sais qu’il vient, le Messie, celui qu’on appelle Christ. Quand il viendra, c’est lui qui nous fera connaître toutes choses. »

26 Jésus lui dit : « Je le suis, moi qui te parle. »

27 À ce moment-là, ses disciples arrivèrent ; ils étaient surpris de le voir parler avec une femme. Pourtant, aucun ne lui dit : « Que cherches-tu ? » ou bien : « Pourquoi parles-tu avec elle ? »

28 La femme, laissant là sa cruche, revint à la ville et dit aux gens :

29 « Venez voir un homme qui m’a dit tout ce que j’ai fait. Ne serait-il pas le Christ ? »

30 Ils sortirent de la ville, et ils se dirigeaient vers lui.

31 Entre-temps, les disciples l’appelaient : « Rabbi, viens manger. »

32 Mais il répondit : « Pour moi, j’ai de quoi manger : c’est une nourriture que vous ne connaissez pas. »

33 Les disciples se disaient entre eux : « Quelqu’un lui aurait-il apporté à manger ? »

34 Jésus leur dit : « Ma nourriture, c’est de faire la volonté de Celui qui m’a envoyé et d’accomplir son œuvre.

35 Ne dites-vous pas : “Encore quatre mois et ce sera la moisson” ? Et moi, je vous dis : Levez les yeux et regardez les champs déjà dorés pour la moisson. Dès maintenant,

36 le moissonneur reçoit son salaire : il récolte du fruit pour la vie éternelle, si bien que le semeur se réjouit en même temps que le moissonneur.

37 Il est bien vrai, le dicton : “L’un sème, l’autre moissonne.”

38 Je vous ai envoyés moissonner ce qui ne vous a coûté aucun effort ; d’autres ont fait l’effort, et vous en avez bénéficié. »

39 Beaucoup de Samaritains de cette ville crurent en Jésus, à cause de la parole de la femme qui rendait ce témoignage : « Il m’a dit tout ce que j’ai fait. »

40 Lorsqu’ils arrivèrent auprès de lui, ils l’invitèrent à demeurer chez eux. Il y demeura deux jours.

41 Ils furent encore beaucoup plus nombreux à croire à cause de sa parole à lui,

42 et ils disaient à la femme : « Ce n’est plus à cause de ce que tu nous as dit que nous croyons : nous-mêmes, nous l’avons entendu, et nous savons que c’est vraiment lui le Sauveur du monde. »

* Vous pouvez faire une pause et éventuellement partager ce que Dieu pourrait inspirer dans sa Parole.

Pour conclure

Tropaire, ton 4

Recevant de l’Ange la joyeuse nouvelle / de la Résurrection de leur Seigneur / et détournant l’ancestrale condamnation, / les saintes Femmes se firent gloire d’annoncer aux Apôtres : / Le Christ a triomphé de la mort, / il est ressuscité, notre Dieu, / pour donner au monde la grande miséricorde.

Gloire… Et maintenant … ton 8

Au milieu de la fête désaltère mon âme assoiffée, / car à tous les hommes, Sauveur, tu déclaras : / Qu’il vienne à moi et qu’il boive, celui qui a soif ! / Source de vie, ô Christ notre Dieu, gloire à toi.

Grande doxologie
Gloire à toi qui nous as montré la lumière.
Gloire à Dieu au plus haut des cieux et paix sur la terre,
bienveillance parmi les hommes.
Nous te chantons, nous te bénissons, nous t’adorons,
nous te glorifions, nous te rendons grâce pour ta grande gloire.
Seigneur, Roi céleste, Dieu et Père tout-puissant ;
Seigneur, Fils unique, Jésus Christ, et Saint-Esprit ;
Seigneur Dieu, Agneau de Dieu, Fils du Père,
Toi qui ôtes le péché du monde, aie pitié de nous ;
Toi qui ôtes les péchés monde, reçois notre prière ;
Toi qui sièges à la droite du Père, aie pitié de nous.
Car tu es le seul Saint, le seul Seigneur,
Jésus Christ, à la gloire de Dieu le Père. Amen.
Chaque jour je te bénirai et louerai ton Nom dans les siècles des siècles.
Daigne, Seigneur, nous garder ce jour sans péché.
Tu es béni, Seigneur, Dieu de nos pères,
et ton Nom est loué et glorifié dans les siècles. Amen.
Que ta miséricorde, Seigneur, soit sur nous,
comme nous avons espéré en toi.
Tu es béni, Seigneur, enseigne-moi tes jugements. (3 fois)
Seigneur, tu as été pour nous un refuge d’âge en âge.
J’ai dit Seigneur, aie pitié de moi,
guéris mon âme, car j’ai péché contre toi.
Seigneur, je me suis réfugié auprès de toi,
enseigne-moi à faire ta volonté, car tu es mon Dieu.
Car auprès de toi est la source de la vie,
dans ta lumière nous verrons la lumière.
Étends ta miséricorde sur ceux qui te connaissent.
Saint Dieu, Saint Fort, Saint Immortel, aie pitié de nous. (3 fois)
Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit,
et maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen.
Saint Immortel, aie pitié de nous.
Saint Dieu, Saint Fort, Saint Immortel, aie pitié de nous.

Éothinon, ton 7

Voici la fin de la nuit et l’aube du jour : / pourquoi, ô Marie, demeures-tu en face du tombeau ? / Pourquoi la sombre nuit remplit ton âme, / qui cherche à savoir où l’on a mis Jésus ? / Regarde comment les Disciples accourus près du tombeau / ont vu dans le suaire et les bandelettes un signe de sa véritable résurrection, / se rappelant les paroles de l’Écriture / concernant ce mystère divin. / Et nous qui leur devons de croire avec eux, / nous te chantons, ô Christ, comme Source de vie.

Prière du matin à réciter ensemble la tête inclinée:

Seigneur très-saint, toi qui habites les hauteurs, et te penches vers ce qui est humble ; de ton regard partout présent, tu veilles sur toute créature. Nous nous inclinons, âme et corps, devant toi, et nous t’implorons : ô Saint des saints, de ta sainte demeure, étends ta main que nul ne peut voir, et donne à tous ta bénédiction. Et tous les péchés que nous avons commis de plein gré ou sans le vouloir, pardonne-les-nous, en ta bonté et ton amour des hommes, et accorde-nous tes biens terrestres et célestes. Car il t’appartient de nous faire miséricorde et de nous sauver, ô Christ notre Dieu, et nous te rendons gloire, Père, Fils et Saint Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.

Pour finir :
Par les prières de nos saints Pères, Seigneur Jésus Christ, notre Dieu, aie pitié de nous.

P.Emmanuel