2ème dimanche de Pâques – 7 avril 2013

Dimanche de l’Apôtre Thomas

Jean 20, 19 – 31

« … Si je ne mets le doigt dans la marque des clous, si je ne mets la main dans son côté, je ne croirai pas. » Quelle suspicion de Thomas vis à vis de ses compagnons qui, avec enthousiasme, lui font le récit de la visite de Jésus en cette pièce du cénacle où ils se tiennent enfermés par peur des Juifs. Pour eux, il n’y a plus de doute, leur Seigneur et maître est bien ressuscité, il est vivant. Ils l’ont vu, il leur a parlé. Plus encore, il les a envoyés en mission leur donnant ce pouvoir incroyable de remettre ou de retenir les péchés. Mais lui, Thomas, était absent et il doute de la véracité de leur témoignage. Il lui faut des preuves tangibles, vérifiables sinon, affirme-t-il avec force, « Je ne croirai pas. »
Huit jours passent et, alors qu’ils sont tous réunis dans la maison, toutes portes closes, voici que soudain Jésus se trouve à nouveau au milieu d’eux et, comme la première fois, il leur offre sa paix avant de proposer à Thomas d’effectuer les vérifications qu’il souhaitait : « Porte ton doigt ici, mets ta main dans mon côté ! » Puis, à un Thomas bouleversé et confus, il ajoute : « Ne sois plus incrédule, mais croyant. »
Thomas n’est pas le seul à vouloir vérifier les assertions des disciples concernant la résurrection de Jésus ! Eux-mêmes n’ont ils pas douté du témoignage des saintes femmes envoyées par Jésus lui-même pour leur annoncer qu’il est vivant. Evénement impensable, incroyable pour tout homme sensé ou se croyant tel ! Evénement qui a bouleversé et bouleverse encore la vie de multitudes d’hommes et de femmes depuis qu’un ange a déclaré à Marie Madeleine, qui était venue au tombeau pour oindre le corps de son maître bien aimé, « il n’est plus ici, il est ressuscité … il vous attend en Galilée. « Toutes ces générations confirment cette dernière parole de Jésus à Thomas : « Heureux ceux qui croiront sans avoir vu ! » Demandons au Ressuscité le courage de témoigner aux générations actuelles et futures qu’il est vivant et qu’il est notre tout et notre espérance et que nous sommes heureux de croire même sans le voir !
AMIN !