Message du recteur (vendredi 03 avril)

Semaine Sainte 2020  Résurrection de Lazare et Dimanche des Palmes

Chers Amis,

Nous célébrons ce vendredi 3 avril le dernier jour du Grand Carême de 40 jours. Ce soir, les vêpres nous ouvrent la Sainte et Grande Semaine. On voyait venir la tournure des événements puisque depuis lundi dernier on voit dans l’Office du Triode, durant les Matines, se développer quasiment en temps réel d’après la chronologie des Evangiles, la maladie puis la mort et le deuil de Lazare, l’ami de Jésus. Ceci pour arriver à sa résurrection, celle d’un mort de quatre jours, le plus grand des miracles de Jésus. C’est par cette commémoration que l’Eglise entre dans la Sainte et Grande Semaine. C’est le Samedi de Lazare, où nous exaltons le Sauveur, la Parole de Dieu que Marie la Vierge a enfantée, dans sa toute-puissance divine. Cette exultation se déploie dans l’Entrée du Seigneur au Temple, lui dont le corps est le vrai Temple où il faut adorer en esprit et vérité.

La rencontre du nouveau Temple vivant avec le Temple historique, en pierres admirables, est tragique. C’est l’impasse puisqu’il a été construit pour qu’on y adore Celui qui n’y est pas reconnu.

Ici s’arrête l’usage de sa toute-puissance par Jésus. Si les foules des pauvres au cœur simple louent Jésus en qui ils perçoivent Dieu à l’œuvre, d’autres trouvent que la coupe est pleine ! Les offices des jours suivants nous font participer à tous les événements de cette semaine avec la question : Qui suis-je donc vraiment pour toi ?

La liturgie fait ressortir des attitudes, des pensées, etc. qui peuvent être les nôtres mais ne les épuisent pas.
Vous pouvez faire tourner les perles dans la mesure où elles vous paraissent utiles. Il est préférable de cultiver la sobriété de parole et de fonds sonore ces jours-ci.
Sites consultables en français :
Pagesorthodoxes 
Parlons d’Orthodoxie

De ce dernier voici un commentaire de V. Golovanow
« Prions en communion les uns avec les autres en nous souvenant aussi de toutes nos Eglises, de tous les peuples et contrées où elles sont implantées, souvenons-nous de tous ceux à qui l’Evangile de Jésus Christ est destiné et qui n’ont pas encore eu l’occasion de le rencontrer, souvenons-nous de tous nos malades, de ceux qui se sont endormis.

Que le Seigneur qui nous visite nous fasse la grâce d’un cœur pur qui soit un temple qu’il accepte de visiter. Que notre communauté s’ouvre à son Sauveur ! »

Bonne Fête des Palmes !

P. Emmanuel Fritsch, recteur.