6e dimanche de Pâques – 5 mai 2013

Dimanche de l’ Aveugle-Né

Jean 9, 1 – 38

Pour Jésus, il est fini ce temps où l’on
pouvait dire : « Les parents ont mangé des
raisins verts et les gencives des enfants sont
agacées » ! En effet, pour lui, Dieu ne punit pas
les fautes des parents dans la vie de leurs
enfants. Son Père n’est pas un Dieu de
vengeance mais un Dieu d’amour, voilà un des
aspects essentiels de son enseignement. La
présence de cet infirme permettra que se
manifeste les oeuvres de son Père dont il est
l’envoyé. Dans un monde marqué par les
ténèbres du doute et du péché, Jésus s’affirme
comme la lumière qui brille et redonne clarté et
espérance. Il est l’étoile qui permet aux
pèlerins que nous sommes de se repérer et de
se guider sur les chemins d’éternité.

De la même façon qu’il rend la vue à un
aveugle de naissance, de même redonnera-t-il
l’espérance à une humanité perdue dès
l’origine par le péché de nos premiers parents.

Ainsi, Jésus enduit les yeux de l’aveugle
de boue faite avec sa salive et le malade
recouvre la vue en se lavant dans les eaux de
la piscine de l’Envoyé.

Ainsi, c’est lavé dans le sang de Jésus, le
Messie – l’Envoyé du Père – que nous passons
des ténèbres du péché, et de la mort à la
lumière de la vie et du salut, devenant ainsi les
enfants adoptifs de son Père !

Ce miracle, Jésus l’accomplit un jour de
sabbat, non par pure provocation mais pour
nous signifier une nouvelle fois que la charité
est le premier des commandements et qui les
surpasse tous. Mais les Pharisiens ont le
coeur fermé et dans leurs certitudes ils se
refusent de reconnaître en Jésus le Fils bien
aimé du Père. C’est au contraire cet ancien
infirme, homme au coeur simple qui
confessera sa foi au Fils de l’homme et se
prosternera devant lui, justifiant à nouveau
l’action de grâce de Jésus à son Père de
« révéler ces choses aux tout-petits « .
Jésus, donne-nous cette grâce d’en faire
parti !