3 février 2013

Solennité de la Présentation de Jésus au Temple

Luc 2, 25 – 32

La tradition byzantine appelle cette fête la Sainte Rencontre ou Hypapante. Mais de quelle rencontre s’agit-il ? De celle d’un vieillard avec son Dieu et peut-être aussi de l’humanité avec son Seigneur ! Cette humanité blessée par le péché, touchée par le désespoir et l’angoisse de son avenir mais poussée par l’Esprit-Saint, comme le vieillard Siméon, à se rendre au Temple pour y trouver l’espérance de son salut. L’enfant Jésus s’abandonne dans les mains de Siméon comme dans quelques trente trois années il se livrera à celles des hommes pour y subir sa douloureuse passion et son ignominieuse mort sur la croix afin de les sauver en les réconciliant avec son Père.
Mais Siméon n’est pas seul au Temple pour recevoir et accueillir l’enfant Jésus en qui et par qui se dessine le salut de tous les peuples et de toutes les nations ; pas seul pour rendre grâce pour celui qui se présente : et comme la lumière destinée à éclairer toutes les nations, et comme la gloire de son peuple Israël ! Avec lui, une vieille femme, Anne, veuve depuis des lustres, loue Dieu pour la venue de cet enfant et en témoigne auprès de tous ceux qui attendent la venue du Messie. Cependant, dans cette foule de pèlerins, ils ne sont qu’un petit nombre à s’intéresser à ce jeune couple offrant le sacrifice prescrit pour la naissance d’un premier né ! Et encore moins à reconnaître en lui le Christ Sauveur ! L’aurions-nous remarqué ? Sans doute pas plus que nous le remarquons et reconnaissons en nos frères et particulièrement les plus démunis matériellement ou spirituellement.
En cette fête de a Sainte Rencontre, demandons au Christ de le reconnaître et de le servir dans nos frères les plus pauvres et dans les pécheurs. N’est-ce pas pour eux, en premier, qu’il a pris chair de la Vierge Marie ? Alors, ne craignons pas d’aller ainsi à sa rencontre !
AMIN !