25 décembre 2012

Nativité de Notre Seigneur Dieu et Sauveur Jésus Christ

Luc 2, 1- 20 Matthieu 2, 1- 12

« Voici que je vous annonce une grande joie: Aujourd’hui dans la cité de David, un Sauveur vous est né ! » Ce message donné par les anges dans le ciel étoilé de Bethléem en cette froide nuit de décembre, à qui s’adresse-t-il ? Aux notables religieux ou politiques d’Israël, toujours fiers d’être avertis en premier d’un tel événement ? Non point mais à de pauvres bergers gardant leurs troupeaux alors que les gens de bonne condition dorment paisiblement chez eux, bien au chaud ! Oui, ce sont d’humbles bergers, trop souvent méprisés, qui sont les premiers avertis de cette extraordinaire nouvelle. Le ton de la mission du Fils de Dieu est ainsi donné : c’est pour les pauvres, les rejetés et les pécheurs qu’il est d’abord venu, afin de sauver ce qui était perdu. Ne prêchera-t-il pas qu’il faut devenir comme de petits enfants pour entrer dans le royaume de son père ? Cependant personne n’est exclu du salut. Celui-ci est offert à tous : pauvres et riches, simples et savants, juifs et païens. Aussi, après les bergers, ce sont les Mages qui sont les bénéficiaires de cette merveilleuse et incroyable nouvelle. Dans les étoiles, ils découvrent la naissance d’un roi les juifs. Ils ont un coeur simple et humble, confiant et ouvert. Alors ils abandonnent tout et partent à sa recherche pour lui rendre hommage !

Oui, que tout homme, berger ou mage, pauvre ou riche, simple ou savant se réjouisse de cette étonnante nouvelle et unisse sa voix au chant d’adoration des anges qui proclament avec allégresse :  » Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et paix sur la terre aux hommes qu’il aime ! Que malgré nos épreuves, nos craintes, nos faiblesses et nos misères notre joie éclate car « un Sauveur nous est né, un fils nous est donné  » qui apporte à tous ceux qui l’accueillent le salut et l’amour de son Père afin que nous aussi nous devenions ses enfants bien aimés. ..
Avec Marie et Joseph, les bergers et les mages, avec tout homme de bonne volonté, agenouillons-nous devant l’enfant nouveau-né et adorons-le.
AMIN !

« Je vois un mystère étonnant qui dépasse l’entendement : une grotte est devenu le Ciel et la Vierge remplace le trône des Chérubins ; la crèche est la demeure où repose le Christ, notre Dieu infini que nous chantons et magnifions ! »
Mégalynaire de Noël

Extrait de l’icône de la Nativité