Message du recteur (vendredi 10 avril)

Suite …

Grand et Saint Samedi

A prier ce vendredi soir ou samedi matin avant de manger. C’est la veillée au tombeau du Seigneur, calme, pleine d’espérance dans la Résurrection suggérée et annoncée, sans faire l’économie du chagrin occasionné par la mort de Jésus, notre ami.

Prières initiales

Leader : Par les prières de nos saints Pères, Seigneur Jésus Christ, notre Dieu, aie pitié de nous.

Gloire à toi, notre Dieu, gloire à toi.
Roi du ciel, Consolateur, Esprit de vérité,
toi qui es partout présent et qui remplis tout,
Trésor de biens et Donateur de vie,
viens et demeure en nous, purifie-nous
de toute souillure et sauve nos âmes, toi qui es bonté.

Saint Dieu, Saint Fort, Saint Immortel, aie pitié de nous. (3 fois)
Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit,
maintenant et toujours et aux siècles des siècles. Amen.

Très sainte Trinité, aie pitié de nous.
Seigneur, remets nos péchés.
Maître, pardonne-nous nos iniquités.
Saint, visite-nous et guéris nos infirmités, à cause de ton Nom.

Kyrie eleison. (3 fois) Gloire au Père…

Notre Père qui es aux cieux, que ton Nom soit sanctifié,
que ton règne vienne, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.
Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour,
pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensé,
et ne nous laisse pas entrer en tentation mais délivre-nous du Mal.

Kyrie eleison. (12 fois) Gloire au Père…

Versets ton 2 comme les tropaires qui suivent

www.youtube.com/watch?v=53fx-XUfxOI

Le Seigneur est Dieu, il nous est apparu * béni soit celui qui vient au Nom du Seigneur !

  • Rendez grâce au Seigneur, car il est bon, car éternelle est sa miséricorde.

Le Seigneur est Dieu, il nous est apparu * béni soit celui qui vient au Nom du Seigneur !

  • Toutes les nations m’ont entouré, mais au Nom du Seigneur, je les ai repoussées.

Le Seigneur est Dieu, il nous est apparu * béni soit celui qui vient au Nom du Seigneur !

  • Je ne mourrai pas, mais je vivrai, et je raconterai les œuvres du Seigneur.

Le Seigneur est Dieu, il nous est apparu * béni soit celui qui vient au Nom du Seigneur !

  • La pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs, c’est elle qui est devenue la tête d’angle. C’est le Seigneur qui l’a faite, et elle est admirable à nos yeux.

Le Seigneur est Dieu, il nous est apparu * béni soit celui qui vient au Nom du Seigneur !

Tropaires Ton 2

www.youtube.com/watch?v=53fx-XUfxOI

Ton 2, Le noble Joseph descendit, de l’arbre de la croix ton corps sacré, l’entoura d’un linceul pur, le couvrit de parfums, et l’ensevelit dans un sépulcre neuf.

Gloire…

Quand Tu es descendu vers la mort, Vie immortelle, Tu as détruit l’enfer par l’éclair de la Divinité, et quand Tu ressuscitas les morts des tombeaux, Toutes les Puissances des cieux proclamaient, Christ qui donnes la vie, notre Dieu, gloire à Toi.

Et maintenant. . .

Aux femmes porteuses de myrrhe, l’Ange dit, qui était près du tombeau, la myrrhe convient aux mortels, Mais le Christ est étranger à la corruption.

Devant le tombeau ou l’épitaphion, avec lumières, encens, parfums.

Les Louanges 1ère stance Ton 5 avec Ps 118

Tu es béni, Seigneur, enseigne-moi tes commandements.

V.1 Bienheureux les purs qui vont sur la voie, qui marchent dans la loi du Seigneur.

La Vie, dans le tombeau Tu fus déposé, Christ, les ordres des Anges s’émerveillaient, glorifiant ta descente parmi nous

V.2 Bienheureux ceux qui gardent son témoignage, qui Le cherchent de tout leur cœur.

La Vie, comment es-Tu mort?, Comment demeures-Tu dans le tombeau?, Tu détruis le Royaume de la mort, et Tu ressuscites les morts de l’enfer.

V.3 Ils ne font pas l’injustice. Mais ils marchent dans Ses voies.

Nous T’exaltons, Jésus, Roi, nous vénérons ta sépulture et tes souffrances, Par elles, Tu nous as sauvés de la corruption.

V.4 Tu as donné tes ordres, pour qu’on les observe entièrement.

Toi qui as mesuré la terre, Jésus Roi de l’univers, Tu demeures aujourd’hui dans un étroit tombeau, De leurs sépulcres, Tu ressuscites les morts.

V.5 Que soient droites mes voies, pour que je garde tes commandements.

Jésus mon Christ, Roi de l’univers, qu’es-Tu venu chercher parmi ceux qui sont en enfer?, Ne viens-Tu pas délivrer la race des mortels?

V.6 Je ne serai pas confondu, quand je veillerai sur tes préceptes.

Le Maître de l’univers est mort, Il est déposé dans un sépulcre neuf, Lui qui dépouillé des morts les tombeaux.

V.7 Je Te confesserai dans la droiture de mon cœur, quand j’aurai appris les lois de ta justice.

La Vie, dans le tombeau Tu fus déposé, Christ, Tu as détruit la mort par la mort, et Tu as donné au monde la vie.

V.8 Je garderai tes commandements. Ne m’abandonne pas entièrement.

Avec les malfaiteurs, comme un malfaiteur Tu fus compté, Christ, Tu nous justifies tous, de la malfaisance du serpent ancien qui nous trompa.

V.9 Comment le jeune homme rendra-t-il pur son chemin? En gardant ta parole.

Il était beau entre tous les mortels, Mais Il est comme un mort qui n’a pas de forme, Lui qui à la nature du monde a donné sa beauté.

V.10 De tout mon cœur je Te cherche. Ne me laisse pas errer loin de tes préceptes.

Comment l’enfer supportera-t-il ton avènement, Sauveur, sans être aussitôt brisé, enténébré, aveuglé par le flamboiement de l’éclair de ta lumière?

V.11 Dans mon cœur j’ai caché tes paroles, pour ne pas pécher contre Toi.

Jésus, douce lumière de mon salut, comment T’es-Tu caché dans les ténèbres du tombeau, Ô l’indicible, l’ineffable patience.

V.12 Tu es béni, Seigneur. Enseigne moi tes commandements.

Les intelligences du ciel, les ordres des anges, Christ, ne peuvent comprendre le mystère, de ton indicible, ton ineffable ensevelissement.

V.13 De mes lèvres, j’annonce tous les jugements de ta bouche.

Ô l’étrange miracle. Ô l’événement nouveau, Celui qui m’a donné le souffle est emporté sans souffle, enseveli par les mains de Joseph.

V.14 Sur la voie de ton témoignage, je me réjouis plus qu’en toute richesse.

Christ, Tu es descendu dans le tombeau, mais Tu n’es jamais sorti du sein du Père, Ô chose étrange et merveilleuse.

V.15 Je méditerai tes ordres, je regarderai tes chemins.

Vrai Roi du ciel et de la terre, même enfermé dans un étroit tombeau, Jésus, Tu fus reconnu par toute la création.

V16 Tes commandements font mes délices. Je n’oublierai pas tes paroles.

Christ, Créateur, quand Tu fus déposé dans le tombeau, se renversèrent les fondements de l’enfer, et s’ouvrirent les sépulcres des mortels.

V.17 Comble de biens ton serviteur. Donne moi de vivre, et je garderai ta parole.

Celui qui tient la terre dans sa main, est maintenant mort en sa chair, enfermé sous la terre, mais Il délivre les morts de la prison de l’enfer.

V.18 Ouvre mes yeux et je contemplerai les merveilles de ta loi.

Ma vie, mon Sauveur, Tu es remonté de la corruption, Mort, Tu es allé parmi les morts, et Tu as rompu les verrous de l’enfer.

V.19 Je suis un étranger sur la terre. Ne me cache pas tes ordres.

Le chandelier de la lumière, la chair de Dieu, est maintenant cachée sous la terre comme sous le boisseau, Elle chasse les ténèbres de l’enfer.

V.20 Mon âme est consumée par le désir de tes jugements en tout temps.

La multitude des intelligences du ciel, vient avec Joseph et Nicodème T’enfermer dans un étroit tombeau, Toi que rien ne peut contenir.

V.21 Tu châties les orgueilleux, les maudits qui s’égarent loin de tes ordres.

Tu as voulu mourir, et déposé sous la terre, Source de la vie, mon Jésus, Tu m’as rendu la vie, qu’avait tuée en moi l’amère transgression.

V.22 Enlève de moi l’outrage et le mépris, car je garde tes témoignages.

Toute la création fut transformée par ta Passion, Verbe, l’univers souffrait avec Toi, Car il savait que tout est en Toi.

V.23 Quand les princes siègent et parlent contre moi, ton serviteur médite tes commandements.

Recevant dans son sein la Pierre de la vie, l’enfer qui dévore tout a rendu les morts, qu’il avait engloutis depuis l’origine des siècles.

V. 24 Tes témoignages font mes délices. Ils me conseillent.

Tu fus déposé dans un sépulcre neuf, Christ, Tu as renouvelé la nature des mortels, En Dieu Tu es ressuscité des morts.

V.25 Mon âme est attachée à la poussière. Fais moi vivre selon ta parole. Tu es descendu sur la terre pour sauver Adam, Mais Tu ne l’as pas trouvé dans la terre, Maître, Tu es allé le chercher enfer.

V.26 Je confesse mes voies et Tu me réponds. Enseigne moi tes commandements.

Verbe, toute la terre trembla de peur, et l’astre de lumière cacha ses rayons, quand ta grande lumière fut ensevelie sous la terre.

V.27 Révèle moi la voie de tes jugements. Et je méditerai tes merveilles.

Tu as voulu mourir comme un homme, Sauveur, mais en Dieu Tu as ressuscité les mortels, des sépulcres et du gouffre des péchés.

V.28 Mon âme pleure de tristesse. Relève moi selon ta parole.

La Vierge pure maternellement se lamente, elle pleure sur Toi, ô Jésus, disant: comment T’ensevelirai-je, mon Fils?

V.29 Eloigne de moi la voie du mensonge, et donne moi la grâce de ta loi.

Comme le grain de blé enfoui dans le sein de la terre, Tu as porté d’abondance l’épi, en ressuscitant de leur mort les enfants d’Adam.

V.30 J’ai choisi la voie de la vérité. Je n’ai pas oublié tes jugements.

Tu T’es caché sous la terre comme maintenant le soleil, Tu T’es couvert de la nuit de la mort, mais lève Toi, Sauveur, dans la plus haute lumière.

V.31 Je m’attache à tes témoignages, Seigneur. Ne me confonds pas.

Comme la lune voile le disque du soleil, le tombeau T’a caché maintenant, Ta chair est disparue dans la mort.

V.32 J’ai couru sur la voie de tes ordres. Car Tu dilates mon cœur.

La vie, le Christ, a goûté la mort, Il a délivré de la mort les mortels, A tous maintenant, Il donne la vie.

V.33 Enseigne moi, Seigneur, la voie de tes jugements, et je la suivrai toujours.

La jalousie autrefois fit mourir Adam, Mais par ta mort Tu le ramènes à la vie, Sauveur, Tu es dans la chair le nouvel Adam

V.34 Instruis moi et je garderai ta loi, je l’observerai de tout mon cœur.

Les ordres des Anges Te voyant étendu mort pour nous, étaient frappés de crainte, Sauveur, et se couvraient de leurs ailes.

V.35 Conduis moi sur le chemin de tes ordres. Car je l’aime.

Verbe, Joseph Te descendit mort de la croix, Il Te dépose maintenant dans un sépulcre, Mais ressuscite et sauve nous tous. Car Tu es Dieu.

V.36 Incline mon cœur vers tes témoignages et non vers l’avidité. Sauveur,

Tu es la joie des anges, Mais maintenant Tu leur as donné la tristesse, Car ils Te voient mort sans souffle dans la chair.

V.37 Détourne mes yeux de voir la vanité, et fais moi vivre dans ta voie.

Elevé sur l’arbre de la croix, Tu as élevé avec Toi les mortels vivants, Et enseveli sous la terre, Tu as ressuscité ceux qui sous elle étaient couchés.

V38 Confirme ta parole à ton serviteur, afin qu’il Te révère.

Sauveur comme un lion, Tu T’es endormi dans la chair, Mort Tu es ressuscité comme un enfant, Tu as déposé la vieillesse de la chair.

V.39 Délivre moi de l’outrage que je redoute. Car tes jugements ne sont que bonté.

Ton côté fut percé, Toi qui avais pris le côté d’Adam, d’où Tu avais formé Eve, Tu as ouvert les sources de la purification.

V.40 Voici, j’ai désiré tes ordres. Fais moi vivre dans ta justice.

Autrefois l’Agneau était sacrifié en secret, Mais Toi immolé sous le ciel et résigné, Sauveur Tu as purifié toute la création.

V.41 Que viennent sur moi ton amour, Seigneur, et ton salut selon tes paroles.

Qui dira ce mystère terrible et nouveau?, Aujourd’hui Celui qui domine la création, reçoit la Passion et meurt pour nous.

V.42 Je répondrai à celui qui m’outrage. Car je me confie en ta parole.

Comment voyons nous mort Celui qui donne la vie?, Disaient les anges frappés de peur, Comment Dieu est-Il enfermé dans un tombeau?

V.43 N’enlève pas de ma bouche la parole de vérité. Car j’espère en tes jugements.

De ton côté percé par la lance, Sauveur, Tu répands la vie sur la mère des vivants, qui m’avait chassé de la vie, et avec elle Tu me rends la vie.

V.44 Je garderai toujours ta loi, dans les siècles et pour l’éternité.

Etendu sur l’Arbre de la croix Tu as rassemblé les mortels, Ton côté percé d’où coule la vie, Jésus sur tous Tu répands le pardon.

V.45 Je marcherai au large. Car je cherche tes ordres.

Le noble Joseph Te revêt, Sauveur,, en tremblant Il T’ensevelit comme un mort gravement, Mais il s’effraie de voir ton terrible vêtement.

V.46 Je parlerai de tes témoignages devant les rois, et je n’aurai pas honte

Tu as voulu descendre sous la terre comme un mortel, Jésus Tu ramènes de la terre vers les cieux, tous ceux qui des cieux étaient tombés.

V.47 Tes ordres font mes délices. Je les ai beaucoup aimés. Tu paraissais mort, mais Tu vis en Dieu, Jésus Tu ramènes de la terre vers les cieux, tous ceux qui des cieux étaient tombés.

V.48a Je lève mes mains vers tes ordres que j’aime.

Tu paraissais mort, mais Tu vis en Dieu, Aux mortels dans la mort Tu as rendu la vie, à mon meurtrier Tu as donné la mort.

V.48b Et je médite tes commandements.

Ô cette joie, ô la grande réjouissance, dont Tu as comblé ceux qui étaient en enfer, en portant la lumière dans les profondeurs des ténèbres.

V.49 Souviens Toi de tes paroles à ton serviteur. Par elles Tu m’as donné l’espérance.

Je vénère ta Passion, je célèbre ta sépulture, J’exalte ta force, Dieu qui aime l’homme, Elles m’ont délivré des passions corruptrices.

V.50 Telle est ma consolation dans mon malheur: ta parole me fait vivre.

Contre Toi, Christ, l’épée a brillé, Mais l’épée du puissant s’est émoussée, Et l’épée de l’Eden s’est retournée.

V.51 Les orgueilleux m’ont tant maltraité. Mais je n’ai pas délaissé ta loi.

La brebis voyant l’Agneau immolé, recevait elle même les outrages et gémissait, avec elle entraînant à pleurer le troupeau.

V.52 Je me souviens de tes jugements, Seigneur, depuis l’origine des siècles. Et je suis consolé.

Tu fus enseveli dans le tombeau, Eu es descendu en enfer, Mais, Sauveur, Tu as vidé les tombeaux, Christ, Tu as dépouillé l’enfer.

V.53Je me consume de voir les méchants qui abandonnent ta loi.

Tu as voulu descendre sous la terre, Sauveur, Aux mortels dans la mort Tu as rendu la vie, Tu les as ramenés dans la gloire du Père.

V.54Tes commandements sont mes chants, dans la maison où je demeure.

L’Un de la Trinité, dans la chair, a souffert pour nous une mort infamante, Frémit le soleil et tremble la terre.

V.55La nuit je me souviens de ton nom, Seigneur, et je garde ta loi.

Venus comme d’une source amère, les enfants de la tribu de Juda, ont descendu dans une fosse Jésus, qui les avait nourris de la manne.

V.56C’est là ce qui est à moi: je garde tes commandements.

Le Juge est jugé, mené devant le juge Pilate, et condamné à une mort inique, sur l’arbre de la croix.

V.57Ma part, Seigneur, je l’ai dit, c’est de garder tes paroles.

Israël orgueilleux, peuple meurtrier, qu’as tu fait en libérant Barrabas, et en livrant le Sauveur à la croix?

V.58De tout mon cœur j’implore ta face. Aie pitié de moi selon ta parole.

Toi qui par ta main as formé Adam de la terre, pour lui Tu as pris la nature de l’homme, et Tu as voulu être crucifié.

V.59Je réfléchis à ma voie. Et je ramène mes pas vers tes témoignages.

Verbe, Tu as obéi à ton Père, Tu es descendu jusqu’au terrible enfer, et Tu as ressuscité la race des mortels.

V.60Je me hâte et ne tarde pas, afin de garder tes ordres.

Hélas, lumière du monde. Hélas, ma lumière, Jésus mon bien aimé, disait la Vierge, pleurant et gémissant.

V.61Les pièges des méchants m’entourent. Je n’oublie pas ta loi.

Peuple jaloux, meurtrier, cruel, sois confondu devant les linceuls, et ce suaire du Christ ressuscité.

V.62Au milieu de la nuit je me lève, afin de Te louer pour les jugements de ta justice.

Viens, disciple impur, meurtrier, montre moi, par quelle malice tu as trahi le Christ.

V.63Je suis l’ami de tous ceux qui Te révèrent et observent tes ordres.

Tu simulais l’amour de l’homme, fou et aveugle, perdu, implacable, qui à prix d’argent as vendu la Myrrhe.

V.64Seigneur, la terre est pleine de ton amour. Enseigne moi tes commandements.

Quel prix te fut donné de la Myrrhe céleste?, Qu’as-tu reçu en échange du Très Précieux?, Tu as trouvé la rage, Satan maudit.

V.65Tu combles de biens ton serviteur, Seigneur, selon ta parole.

Si tu aimais les pauvres et regrettais la myrrhe, qui fut répandue pour le pardon d’une âme, Comment as tu vendu à prix d’or l’Aube de la lumière?

V.66Enseigne moi le bon sens et la connaissance. Car je crois à tes ordres.

Ô Dieu et Verbe, ô ma joie, comment supporterai-je ta sépulture de trois jours?, Maintenant se brise mon cœur de mère.

V.67Avant d’être humilié, je m’égarais. Maintenant je garde ta parole.

Qui me donnera de l’eau et les sources des larmes, disait la Vierge, l’Epouse de Dieu, pour que je pleure mon doux Jésus?

V.68Tu es bon. Tu fais le bien. Enseigne moi tes commandements.

Ô montagnes et vallées, multitude des hommes, pleurez, Toutes choses au monde, gémissez avec moi, la Mère de votre Dieu.

V.69Les orgueilleux me couvrent de mensonges. Mais de tout mon cœur je garde tes ordres.

Quand Te verrai-je, Sauveur, la lumière intemporelle, la joie et la réjouissance de mon cœur?, Disait douloureuse la Vierge.

V.70Leur cœur a caillé comme le lait. Mais je me réjouis de ta loi.

Sauveur, comme la pierre taillée, Tu as souffert d’être coupé, mais comme la source de la vie, Tu as répandu des fleuves d’eau vive.

V.71Il m’est bon d’être humilié, afin d’apprendre tes commandements.

Irrigués comme de la source unique, par le double fleuve qui coule de ton côté, nous portons le fruit de la vie immortelle.

V.72Mieux vaut pour moi la loi de ta bouche, que beaucoup d’or et d’argent.

Verbe, Tu as voulu qu’on Te voie mort dans le tombeau, mais Tu vis et Tu relèves les mortels, comme Tu l’as prédit, mon Sauveur, par ta Résurrection.

Gloire…

Nous Te célébrons, Verbe, Dieu de l’univers, avec le Père et ton Esprit Saint, et nous glorifions ta divine sépulture.

Et maintenant. . .

Nous te disons bienheureuse, Mère de Dieu très pure et nous vénérons dans la foi l’ensevelissement, de ton Fils notre Dieu pendant trois jours.

La Vie, dans le tombeau Tu fus déposé, Christ, les ordres des Anges s’émerveillaient, glorifiant ta descente parmi nous.

2ème stance Ton5

Il est digne de T’exalter, Toi qui donnes la vie, qui as étendu les mains sur la croix, qui as brisé la puissance de l’ennemi.

V.73Tes mains m’ont créé et m’ont formé. Instruis moi, et j’apprendrai tes ordres.

Il est digne de T’exalter, Créateur de l’univers, Délivrés de la corruption par tes souffrances, nous avons l’impassibilité.

V.74Ceux qui Te révèrent me verront et se réjouiront. Car je me suis confié en ta parole.

Sauveur, la terre a tremblé, le soleil s’est caché, quand la Lumière qui n’a pas de soir, Christ, Tu T’es couché en ton corps dans le tombeau.

V.75Seigneur, je sais que tes jugements sont justes.

C’est par fidélité que Tu m’as humilié. Christ, Tu T’es endormi dans le tombeau, du sommeil qui donne la vie, et Tu as réveillé du lourd sommeil du péché la race des hommes.

V.76Que ton amour soit ma consolation, comme Tu l’as dit à ton serviteur.

Seule entre les femmes, je T’ai enfanté sans douleur, Mais maintenant devant ta Passion, Je souffre des douleurs insupportables, disait la Vierge.

V.77Que vienne sur moi ta compassion et je vivrai. Je me réjouirai dans ta loi.

Sauveur, les Séraphins tremblent de Te voir en haut, inséparablement uni au Père, et en bas étendu mort sur la terre.

V.78Que soient confondus les orgueilleux qui m’accablent de mensonge. Je méditerai tes ordres.

Le voile du temple se déchire à ta crucifixion, et les luminaires cachent la lumière, Verbe, Soleil, quand Tu T’es caché sous la terre.

V.79Que se tournent vers moi ceux qui Te révèrent, et qui connaissent tes témoignages.

Celui qui d’un seul signe au commencement, a tracé le cercle de la terre, est descendu sans souffle sous la terre comme un mortel, A cette vue, tremble, ciel.

V.80Que mon cœur soit pur devant tes commandements, pour que je ne sois pas confondu.

Toi qui as formé l’homme de ta main, Tu es descendu sous la terre, pour relever de leur chute par ta force toute puissante, les multitudes des mortels.

V.81Mon âme se consume pour ton salut. J’espère en ta parole.

Venez, chantons au Christ mort la plainte sacrée, comme jadis les femmes qui portaient la myrrhe, afin d’entendre avec elles la salutation.

V.82Mes yeux se consument pour tes paroles. Je dis: Quand me consoleras-Tu?

Verbe, Tu es vraiment la myrrhe inépuisable et les femmes T’apportaient la myrrhe comme à un mort, mais Tu es le Vivant.

V.83Je suis devenu comme une outre dans la fumée mais je n’oublie pas tes commandements.

Enseveli, Tu as brisé les royaumes de l’enfer, Tu as détruit la mort par la mort, et délivré de la corruption les enfants de la terre.

V.84Quel sera le nombre des jours de ton serviteur? Quand feras Tu justice de ceux qui me persécutent?

La Sagesse de Dieu qui répand les eaux de la vie pénétra le tombeau et rendit la vie, à ceux qui étaient dans les profondeurs inaccessibles de l’enfer.

V.85Les orgueilleux creusent des fosses devant moi. Ils ne font rien selon ta loi.

Pour renouveler la nature brisée des mortels, j’ai voulu souffrir la mort dans ma chair, Mère, dans les larmes ne t’afflige pas.

V.86Tous tes ordres sont vérité. On me persécute sous le mensonge, viens à mon secours.

Tu es descendu sous la terre, Aube lumineuse de la justice, Tu as ressuscité les morts comme d’un sommeil, Et Tu as chassé toutes les ténèbres de l’enfer.

V.87On m’a presque anéanti sur la terre. Mais je n’abandonne pas tes ordres.

Le grain de vie féconde à la double nature, est semé aujourd’hui sous les larmes dans le sein de la terre, Mais quand Il aura levé, Il donnera au monde la joie.

V.88Fais moi vivre selon ton amour. Et je garderai les témoignages de ta bouche.

Adam eut peur, quand Dieu marcha dans le paradis, Mais il se réjouit, quand Dieu descendit en enfer, Il était tombé. Maintenant il est relevé.

V.89Pour l’éternité, Seigneur, ta parole demeure dans les cieux.

Christ, celle qui T’avait enfanté, Te versa des libations de larmes, quand ta chair fut déposée dans le tombeau, Elle dit: Mon Enfant, ressuscite, comme Tu l’as prédit.

V.90De génération en génération dure ta fidélité. Tu as fondé la terre et elle demeure.

Joseph en sa piété Te cachant dans le tombeau neuf, Te chante en larmes, Sauveur, les hymnes divines de l’exode.

V.91Par tes jugements, tout subsiste à ce jour. Car toute chose est ta servante.

Verbe, ta Mère Te voyant sur la croix percé par les clous, est frappée en son âme par les flèches de la douleur amère.

V.92Si ta loi n’était pas mes délices, j’aurais déjà péri dans ma misère.

La Mère Te voyant, douceur de l’univers, boire le breuvage amer, baigne son visage de ses larmes.

V.93Je n’oublierai jamais tes commandements. Car en eux Tu me fais vivre.

Je suis meurtrie cruellement et mon cœur se déchire, Verbe, quand je vois ton injuste immolation, disait dans les larmes la toute Pure.

V.94Je suis à Toi, sauve moi. Car je cherche tes commandements.

Comment fermerai-je, Verbe, ton doux regard et tes lèvres, Comment T’ensevelirai-je comme un mort?, disait en tremblant Joseph.

V.95Les méchants me cherchent pour me perdre. J’apprends tes témoignages.

Joseph et Nicodème chantent maintenant, au Christ mort les hymnes sur le tombeau, Mais avec eux chantent les Séraphins.

V.96J’ai vu la fin de toute perfection. Tes ordres sont infinis.

Tu Te couches sous la terre, Sauveur, Soleil de la Justice, et la lune qui T’a enfanté se voile de tristesse, Car elle est privée de ta vue.

V.97Que j’aime ta loi. Tout le jour je la médite.

L’enfer trembla Te voyant, Sauveur qui donnes la vie, le dépouiller de sa richesse, et ressusciter les morts depuis l’origine des siècles.

V.98Tes ordres me rendent plus sage que les ennemis. Car ils sont toujours en moi.

Après la nuit, Verbe, le soleil rayonne de lumière, Puisse-Tu Toi aussi, ressuscité après la mort, passer la porte et flamboyer.

V.99Je suis plus savant que mes maîtres. Car tes témoignages sont ma méditation.

La terre Te reçut, Créateur, Elle T’enferma dans son sein, et elle tremble de peur, Mais son tremblement réveille les morts.

V.100J’ai plus d’intelligence que les vieillards. Car je garde tes ordres.

Nicodème et le noble Joseph par leur geste nouveau Christ,, T’enveloppent maintenant de parfums, Ils disent: tremble, toute la terre.

V.101De tous les chemins du mal j’écarte mon pied, pour garder ta parole.

Tu T’es couché, Créateur de la lumière, et la lumière du soleil s’est couchée avec Toi, la création tremblante proclame en Toi le fondateur de l’univers.

V.102De tes jugements je ne me détourne pas. Car Tu m’enseignes.

Une pierre taillée couvre la pierre angulaire, Un homme mort cache maintenant dans le tombeau le Dieu mort, Tremble, terre.

V.103Que tes paroles sont douces à ma gorge, plus que le miel à ma bouche.

Vois le disciple que Tu aimais, avec ta Mère, Enfant, donne leur la douceur d’une parole, disait en larmes la Vierge pure.

V.104Par tes ordres j’ai l’intelligence, et je méprise tous les chemins du mensonge.

Verbe qui donnes la vie, étendu sur la croix Tu n’as pas détruit les Juifs, Mais Tu as ressuscité leurs morts.

V.105Ta parole est une lampe pour mes pas, une lumière sur mon chemin.

Pendant ta Passion, Verbe, Tu n’avais plus ni beauté, ni forme, Mais ressuscité, débordant de lumière, Tu as rendu aux mortels la beauté des aubes divines.

V.106Je jure et je le tiendrai, d’observer les jugements de ta justice.

Aube de la lumière qui n’a pas de soir, Tu T’es couché sur la terre, dans la chair, Mais le soleil ne supportant pas de le voir, s’est couvert de ténèbres au milieu du jour.

V.107Je suis tant humilié, Seigneur, fais moi vivre selon ta parole.

Le soleil et la lune couverts de ténèbres, Sauveur étaient comme des serviteurs fidèles, qui s’entouraient de vêtements noirs.

V.108Reçois les offrandes de ma bouche, Seigneur. Apprends moi tes jugements.

Le centurion, bien que Tu fusses mort, a reconnu Dieu en Toi, En T’endormant maintenant, Verbe de Dieu, de ton côté Tu donnes au monde la vie.

V.109Mon âme est toujours dans ma main. Je n’oublie pas ta loi.

Adam s’endormit, mais de son côté fit sortir la mort, En T’endormant maintenant, Verbe de Dieu, de ton côté Tu donnes au monde la vie.

V.110Les méchants me tendent un piège. Je ne m’écarte pas de tes ordres.

Tu T’es endormi pour un peu de temps, et Tu as rendu la vie aux morts, En ressuscitant, Dieu bon, Tu as relevé, ceux qui dormaient depuis l’origine des siècles.

V.111Tes témoignages sont mon héritage pour l’éternité. Car ils sont la joie de mon cœur.

Tu es venu de la terre, mais Vigne qui répands la vie T- u nous as versé le vin du salut, Je glorifie la Passion et la croix.

V.112Incline mon cceur à accomplir tes commandements. La fin est dans l’éternité.

Comment les princes des ordres angéliques, Te voyant, Sauveur, condamné, nu, ensanglanté, ont ils supporté l’audace de ceux qui Te crucifiaient?

V.113Je méprise les cœurs doubles. Et j’aime ta loi.

Race pillarde et fourbe, tu as vu se relever le Temple, Pourquoi as tu condamné le Christ?

V.114Tu es mon refuge et mon bouclier. J’espère en ta parole.

Tu as vêtu d’un manteau de dérision Celui qui ordonne l’univers, qui a semé d’astres le ciel et paré la terre de merveilleuse beauté.

V.115Eloignez vous de moi, vous qui faites le mal. J’observerai les ordres de mon Dieu.

Comme le pélican, ton côté percé, Verbe, Tu as rendu la vie à tes enfants morts, en répandant sur eux les sources de la création.

V.116Restaure moi selon ta parole et je vivrai. Je ne serai pas confondu dans mon espérance.

Josué jadis arrêta le soleil pour briser les étrangers, Mais Toi en le cachant, Tu as renversé le prince des ténèbres.

V.117Secours moi et je serai sauvé. Je garderai toujours tes commandements.

Sans quitter le sein paternel, Compatissant, Tu as voulu devenir un homme mortel, Christ, Tu es descendu en enfer.

V.118Tu renverses tous ceux qui sortent de tes commandements.

Car leurs ruses sont des mensonges. Il fut élevé sur la croix, Lui qui a suspendu la terre sur les eaux, Et maintenant sans souffle, Il s’incline vers elle, qui ne peut le supporter et tremble.

V.119Tu enlèves comme de l’écume tous les méchants de la terre. J’aime tes témoignages.

Hélas, mon Fils, implore la Vierge, Tu es le Roi que j’espérais, Mais je Te vois maintenant condamné sur la croix.

V.120Ma chair tremble devant Toi. Je crains tes jugements.

C’est là ce que Gabriel m’avait annoncé quand il vint vers moi et dit, que le Royaume de Jésus mon Fils est éternel.

V.121Je fais les œuvres du jugement et de la justice. Ne m’abandonne pas à ceux qui m’oppriment.

Hélas, la prophétie de Siméon est accomplie, Ton glaive a traversé mon cœur, Emmanuel.

V. 122 Garde ton serviteur dans le bien. Que ne m’oppriment pas les orgueilleux.

Soyez confondus, ô Juifs, devant les morts qu’a ressuscités Celui qui donne la vie, et que vous avez tué en votre jalousie.

V.123Mes yeux se consument pour ton salut, pour la parole de ta justice.

Le soleil trembla de Te voir, Lumière invisible, mon Christ, caché sans souffle dans le tombeau, et il couvrit de ténèbres sa lumière.

V.124Fais à ton serviteur selon ton amour. Enseigne moi tes commandements.

Verbe, ta Mère toute pure pleurait amèrement, quand elle Te vit dans le tombeau, Dieu ineffable qui n’a pas de commencement.

V.125Je suis ton serviteur. Instruis moi et je connaîtrai tes témoignages.

Ta Mère toute pure Te voyant mourir, Christ, implorait amèrement, Ma Vie, ne tarde pas au milieu des morts.

V.126Il est temps que le Seigneur agisse. On transgresse ta loi.

Le terrible enfer trembla de Te voir, Soleil immortel de la gloire, et se hâta de rendre les captifs.

V.127Aussi j’aime tes ordres plus que l’or et la topaze.

Grand et terrible est ce qui se révèle maintenant, Sauveur, Le Créateur de la vie veut souffrir la mort, Il veut à tous rendre la vie.

V.128Aussi je marche droit en tous tes ordres, je méprise les chemins du mensonge.

Ton côté percé et tes mains clouées, Maître, Tu as guéri de ton côté la plaie, et l’impuissance des mains des ancêtres.

V.129Tes témoignages sont merveilleux. Aussi mon âme les observe.

Chacun dans sa maison pleurait jadis le fils de Rachel, Maintenant sur le Fils de la Vierge, le chœur des disciples se lamente avec la Mère.

V.130La révélation de tes paroles illumine, elle instruit les simples.

De leurs mains ils ont giflé la joue du Christ, qui a créé l’homme de sa main, et brisé les mâchoires de la Bête.

V.131J’ouvre la bouche et j’aspire. Je désire tes ordres.

Tous les fidèles délivrés de la mort par Ta sépulture, Christ, nous célébrons maintenant dans les hymnes, ta crucifixion et ton ensevelissement divins.

Gloire…

Dieu qui n’as pas de commencement, Verbe et Esprit dans la même éternité, tiens le sceptre des rois contre les adversaires, en ta bonté.

Et maintenant. . .

Vierge pure, toute blanche, qui as enfanté la vie, arrête les scandales de l’Eglise, et donne lui la paix en ta bonté.

Le chœur: Il est digne de T’exalter, Toi qui donnes la vie, qui as étendu les mains sur la croix, qui as brisé la puissance de l’ennemi.

3ème stance

Ton3, Toutes les générations apportent leur hymne, à ton sépulcre, mon Christ.

V.132Regarde vers moi, aie pitié de moi, comme Tu fais pour ceux qui aiment ton nom.

L’Arimathéen Te descendit de l’Arbre de la croix, et T’ensevelit dans le tombeau.

V.133Dirige mes pas dans tes paroles. Ne laisse pas l’injustice dominer sur moi.

Les porteuses de myrrhe vinrent de tout leur cœur, t’offrir les parfums, mon Christ.

V.134Rachète moi de l’oppression de l’homme. Et je garderai tes ordres.

Venez toute la création offrir, les hymnes de l’exode au Créateur.

V.135Illumine ta face sur ton serviteur. Enseigne moi tes commandements.

Avec les porteuses de myrrhe, de tout notre cœur couvrons de parfums comme un mort le Vivant.

V.136Mes yeux ruissellent de larmes, parce qu’on ne garde pas ta loi.

Joseph trois fois bienheureux, ensevelis, le corps du Christ qui donne la vie.

V.137Tu es juste, Seigneur, et droits sont tes jugements.

Ceux qu’Il avait nourris de la manne, ont levé le talon contre leur bienfaiteur.

V.138Tu fondes tes témoignages sur la justice et sur l’entière vérité.

Ceux qu’Il avait nourris de la manne, ont donné à leur Sauveur du fiel et du vinaigre.

V.139Mon zèle me consume. Car mes adversaires oublient tes paroles.

Ô la folie des meurtriers des prophètes, Ils ont tué le Christ.

V.140Ta parole est totalement éprouvée, et ton serviteur l’aime.

Comme un serviteur insensé, l’initié a trahi l’abîme de la sagesse.

V.141Je suis petit et méprisé. Je n’oublie pas tes commandements.

Judas le menteur a vendu le Rédempteur, et s’est lui même enfermé.

V.142Ta justice est la justice éternelle. Et ta loi est la vérité.

Selon Salomon la bouche des Hébreux iniques est un gouffre profond.

V.143La tourmente et l’affliction m’atteignent. Mais tes ordres font mes délices.

Les chemins tortueux des Hébreux iniques, sont creusés de fosses et de pièges.

V.144Tes témoignages sont la justice éternelle. Instruis moi et je vivrai.

Joseph et Nicodème ensevelirent, comme un mort le Créateur.

V.145J’appelle de tout mon cœur. Seigneur réponds moi. Je garderai tes commandements.

Sauveur qui donne la vie, gloire à ton pouvoir qui a détruit l’enfer.

V.146Je T’appelle. Sauve moi. Je garderai tes témoignages.

Verbe, Te voyant couché, la toute Pure pleurait comme une mère.

V.147Je devance l’aurore et j’implore, j’espère en ta parole.

Ô mon doux printemps, mon très doux Enfant, Où s’en est allée ta beauté?

V.148Mes yeux devancent les veilles de la nuit, pour méditer ta parole.

Verbe, ta Mère toute pure, se lamente sur ta mort.

V.149Entends ma voix dans ton amour, Seigneur. Fais moi vivre dans tes jugements.

Les femmes viennent avec la myrrhe, embaumer le Christ, la Myrrhe divine.

V.150Ils approchent, ceux qui poursuivent l’infamie. Ils s’éloignent de ta loi. Tu as détruit la mort par la mort, mon Dieu en ta puissance divine.

V.151Mais Tu es proche, Seigneur. Tous tes ordres sont vérité.

Le menteur s’est égaré, Mais l’homme trompé est délivré par ta sagesse, mon Dieu.

V.152De tout temps je sais tes témoignages. Tu les as fondés pour l’éternité.

Vers la profondeur de l’enfer est descendu le traître, dans le puits de la perdition.

V.153Vois ma misère, délivre moi. Car je n’oublie pas ta loi,

Fosses et pièges sont le chemin, du trois fois misérable, de Judas l’insensé.

V.154 Défends moi, rachète moi, et fais moi vivre dans ta parole.

Ceux qui T’ont crucifié périront tous, Verbe, Fils de Dieu, Maître de l’univers.

V.155Le salut est loin des méchants. Car ils ne cherchent pas tes commandements.

Les hommes de sang périront tous, dans le puits de la perdition.

V.156Tes compassions sont grandes, Seigneur. Fais moi vivre selon tes jugements.

Fils de Dieu, Roi de l’univers, mon Dieu, mon Créateur, comment as Tu accepté la Passion?

V.157Nombreux sont mes persécuteurs et mes ennemis. Mais je ne sors pas de tes témoignages.

La Génisse implorait, voyant son enfant, suspendu à l’arbre de la croix.

V.158Je vois les traîtres, et ils me désolent. Ils ne gardent pas ta parole.

Joseph et Nicodème ensevelirent, le Corps qui porte la vie.

V.159Vois que j’aime tes ordres, Seigneur. Fais moi vivre selon ton amour.

Le cœur percé, versant des larmes brûlantes la Vierge appelait.

V.160Le fondement de ta parole est la vérité. Tous tes justes jugements sont éternels.

Ô lumière de mes yeux, mon très doux Enfant, Comment est Tu recouvert maintenant par le tombeau?

V.161Les princes me persécutent injustement. Mais mon cœur ne craint que ta parole.

Je souffre cette Passion pour délivrer Adam et Eve, Mère, ne pleure pas.

V.162Je me réjouis de ta parole, comme d’avoir trouvé un grand butin.

Je glorifie, mon Fils, l’extrême miséricorde, pour laquelle Tu souffres cette Passion.

V.163Je méprise le mensonge. Je l’abhorre. J’aime ta loi.

Tu as bu du vinaigre et du fiel, Compatissant, pour nous délivrer d’avoir mangé le fruit.

V.164Sept fois le jour je Te célèbre pour tes justes jugements.

Tu es cloué à la croix, Toi qui avais couvert ton peuple d’une colonne de nuée.

V.165Il est une grande paix pour ceux qui aiment ta loi. Pour eux rien n’est scandale.

Les porteuses de myrrhe, Sauveur, vinrent au sépulcre T’offrir les parfums.

V.166J’espère en ton salut, Seigneur Je suis tes ordres.

Ressuscite, Compatissant, et relève nous des gouffres de l’enfer.

V.167Mon âme garde tes témoignages. Je les aime entièrement.

Ressuscite, Toi qui donnes la vie, implore la Mère qui T’enfanta.

V.168Je garde tes ordres et tes témoignages. Car toute ma voie est devant Toi.

Vite, ressuscite, Verbe, dissipe la tristesse de la Vierge qui T’enfanta.

V.169Que mon appel aille devant ta face, Seigneur, instruis moi selon ta parole.

Te voyant mort les Puissances Célestes, furent frappées de crainte.

V.170Que ma prière parvienne devant ta face. Délivre moi selon ta parole.

A ceux qui révèrent ta Passion dans le désir et la crainte, accorde le pardon des fautes.

V.171Que mes lèvres répandent ta louange. Car Tu m’enseignes tes commandements.

Ô vision étrange et terrible, Verbe de Dieu, Comment Te couvre la terre?

V.172Que ma langue annonce ta parole. Car tes ordres sont justes.

Joseph est parti, qui jadis Te portait, Maintenant un autre T’ensevelit.

V.173Que ta main vienne à mon secours. Car j’ai choisi tes ordres.

Ta Mère toute pure Te pleure et se lamente, mon Sauveur entré dans la mort.

V.174Je désire ton salut, Seigneur, je me réjouis de ta loi.

Les Intelligences tremblèrent, devant l’étrange et terrible ensevelissement du Créateur de l’univers.

V.175Que mon âme vive et qu’elle Te loue. Que ton jugement vienne à mon secours.

Les porteuses de myrrhe vinrent à l’aube, Elles répandirent les parfums sur le tombeau.

V.176J’erre comme une brebis perdue. Cherche ton serviteur. Car je n’oublie pas tes ordres.

Donne la paix à l’Eglise, et le salut à ton peuple, par ta résurrection.

Gloire…

Trinité, mon Dieu, Père, Fils et Esprit, aie pitié du monde.

Et maintenant. . .

Vierge, rends dignes tes serviteurs, de voir la résurrection de ton Fils.

Eulogétaires de la Résurrection et grand encensement. Ton 5

Tu es béni, Seigneur, enseigne moi tes commandements. Le peuple des Anges admira de Te voir, compté parmi les morts, renverser la force de la mort, ressusciter Adam avec Toi, et libérer tous les hommes de l’enfer.

Tu es béni, Seigneur, enseigne moi tes commandements. Pourquoi, disciples, en votre compassion mêlez vous les parfums aux larmes?, L’Ange flamboyant dans le tombeau disait aux porteuses de myrrhe, Voyez le sépulcre et comprenez, Le Sauveur est ressuscité du tombeau.

Tu es béni, Seigneur, enseigne moi tes commandements. A l’aube, les porteuses de myrrhe coururent éplorées à ton sépulcre, Mais l’Ange se leva devant elles et dit, Le temps des larmes est fini. Ne pleurez plus., Annoncez aux apôtres la résurrection.

Tu es béni, Seigneur, enseigne moi tes commandements.

Les femmes porteuses de myrrhe, Sauveur, vinrent avec les parfums à ton sépulcre, Elles entendirent l’Ange leur dire clairement, Que cherchez vous parmi les morts le Vivant?, Car en Dieu Il est ressuscité du tombeau.

Gloire. . .

Adorons le Père et son Fils et le Saint Esprit, la Trinité Sainte en Un seul Etre, avec les Séraphins qui proclament, Tu es Saint, Saint, Saint, Seigneur.

Et maintenant. . .

En enfantant Celui qui donne la vie, Vierge tu as délivré Adam des péchés, Tu as rendu à Eve la joie au lieu de la tristesse, Il a ramené vers la vie celui qui l’avait perdue, Lui qui de toi S’est incarné, Dieu et Homme.

Alléluia, Alléluia, Alléluia, Gloire à Toi, Dieu, gloire à Toi. (ter)

les des siècles.

Cathisme Ton1

A Pilate Joseph demanda ton corps sacré, Il le couvrit d’un linceul pur et de parfums divins, Il le déposa dans un sépulcre neuf, Et les femmes porteuses de myrrhe dans l’aube appelèrent, Révèle nous, Christ, comme Tu l’as prédit, la résurrection

Gloire. . . et maintenant…

Les chœurs des Anges admiraient de voir, déposé comme un mort dans un tombeau l’Immortel qui est dans le sein du Père, et qu’entourent les ordres célestes qui avec les morts en enfer, glorifient en Lui le Créateur et le Seigneur.

Psaume 50

Aie pitié de moi, ô Dieu, dans ta bonté,
selon ta grande miséricorde, efface mes transgressions.
Lave-moi de toute iniquité et purifie-moi de ma faute,
car je reconnais mes transgressions, et ma faute est constamment devant moi.
J’ai péché contre toi seul, j’ai fait ce qui est mal à tes yeux.
Aussi tu seras juste dans ta sentence, sans reproche dans ton jugement.
Oui, je suis né dans l’iniquité, et pécheur ma mère m’a conçu.
Mais tu veux que la vérité soit au fond du coeur ;
fais donc pénétrer la sagesse au-dedans de moi.
Asperge-moi avec l’hysope, et je serai pur, lave-moi, et je serai plus blanc que la neige.
Annonce-moi l’allégresse et la joie, et les os que tu as humiliés se réjouiront.
Détourne ton regard de mes péchés, efface toutes mes iniquités.
Ô Dieu, crée en moi un coeur pur, renouvelle un esprit droit dans mes entrailles.
Ne me rejette pas loin de ta face, ne me retire pas ton Esprit Saint.
Rends-moi la joie de ton salut, soutiens-moi par l’Esprit puissant.
J’enseignerai tes voies à ceux qui les transgressent, et les pécheurs reviendront à toi.
Ô Dieu, Dieu de mon salut, délivre-moi du sang versé, et ma langue célébrera ta miséricorde.
Seigneur, ouvre mes lèvres, et ma bouche annoncera ta louange.
Si tu avais voulu des sacrifices, je t’en aurais offert,
mais tu ne prends point plaisir aux holocaustes.
Le sacrifice qui est agréable à Dieu, c’est un esprit brisé.
Ô Dieu, tu ne dédaignes pas le coeur contrit et humilié.
Répands par ta grâce tes bienfaits sur Sion, rebâtis les murs de Jérusalem !
Alors tu agréeras des sacrifices de justice, l’oblation et les holocaustes,
alors on offrira des taureaux sur ton autel.

 

Canon. Poème de Marc. Hirmoi de Cassia. 1ère Ode Hirmos Ton6

Les enfants de ceux qui furent sauvés ont enfoui sous la terre, Celui qui autrefois sous les vagues de la mer, avait englouti le tyran qui les poursuivait, Mais nous comme les filles d’Israël nous chantons au Seigneur, Car Il S’est glorifié.

Gloire à Toi, notre Dieu, gloire à Toi.

Seigneur mon Dieu je Te chanterai l’hymne de l’exode sur le tombeau, Par ton ensevelissement Tu m’as ouvert les portes de la vie, et par ta mort Tu as détruit la mort et l’enfer.

Gloire…

Les Puissances célestes et infernales, Te voyant en haut sur le Trône et en bas dans le tombeau tremblaient devant ta mort, Car au delà de l’entendement -Tu venais de mourir, Créateur de la vie.

Et maintenant…

Pour emplir l’univers de ta gloire, Tu es descendu dans les profondeurs de la terre, où Tu as vu le fondement de mon être en Adam, Mais enseveli, Tu me renouvelles qui suis corrompu, Dieu qui aimes l’homme.

3ème ode Hirmos

La création Te voyant suspendu au Golgotha, Toi qui as suspendu la terre sur les eaux, fut prise d’une grande peur et dit, Il n’est de saint que Toi, Seigneur.

Gloire à Toi, notre Dieu, gloire à Toi.

Tu avais montré les signes de ton ensevelissement en multipliant les visions, Mais maintenant, Tu révèles en Dieu Homme tes secrets, à ceux qui sont en enfer et qui disent, Il n’est de saint que Toi, Seigneur.

Gloire…

Tu as étendu les mains, Sauveur, Tu as uni ce qui était autrefois séparé, en revêtant le linceul et le tombeau, et Tu as délivré les captifs qui Te disent, Il n’est de Saint que Toi, Seigneur.

Et maintenant…

Tu as voulu être enfermé dans un sépulcre scellé Toi que rien ne peut contenir, et Tu as par tes œuvres divines, révélé ta puissance à ceux qui chantent, Il n’est de Saint que Toi, Seigneur qui aimes l’homme.

Cathisme Ton1

Les soldats qui gardaient ton sépulcre, Sauveur, furent frappés de mort par l’éclair de l’Ange, qui apparut aux femmes et leur annonça la Résurrection, Nous Te glorifions, Toi qui as détruit la corruption, Nous T’adorons, Toi qui es ressuscité du tombeau, notre seul Dieu.

4ème ode Hirmos Ton6

Prévoyant ton dépouillement divin sur la croix, Abbakoum hors de lui-même proclamait, Tu as brisé la force des puissants, Dieu bon, en allant vers ceux qui étaient en enfer, dans ta toute puissance.

Gloire à Toi, notre Dieu, gloire à Toi.

Tu as sanctifié aujourd’hui le septième jour, que Tu as béni en Te reposant de tes œuvres, Car Tu créas l’univers, mon Sauveur, et Tu le renouvelles par le sabbat et la réconciliation.

Gloire…

Par ta puissance plus forte Tu as vaincu, Ton âme s’est séparée de la chair, Elle a déchiré les liens de la mort et de l’enfer, Verbe, en ton pouvoir.

Et maintenant…

L’enfer Te rencontrant, Verbe, fut rempli d’amertume, Il voyait un mortel déifié, percé de plaies et tout puissant, Il resta sans voix devant la forme terrible. KatavasiaPrévoyant ton dépouillement divin sur la croix…

5ème ode Hirmos Ton5

Christ, quand Tu nous eus donné en ta compassion la révélation de Dieu, Isaïe vit la lumière qui n’a pas de soir, Il se leva de la nuit et annonça, Les morts ressusciteront, Ceux qui sont dans les tombeaux se réveilleront, et tous ceux qui sont sur la terre se réjouiront.

Gloire à Toi, notre Dieu, gloire à Toi.

Tu renouvelles, Créateur, les enfants de la terre, en Te faisant Toi-même poussière, Mais Verbe, le linceul et le tombeau révèlent ton mystère, Car le noble Conseiller fait la volonté de Celui qui T’engendra, et qui dans sa grandeur me renouvelle en Toi.

Gloire…

Par la mort Tu transformes le mortel, et par l’ensevelissement le corruptible, en Dieu Tu rends immortel et incorruptible celui que Tu incarnes, Car ta chair n’a pas vu la corruption, ni ton âme étrangère à la chute ne fut laissée en enfer.

Et maintenant…

Venu de la Vierge, mon Créateur, et devenu Adam, le côté percé Tu as reformé Eve, Tu T’es endormi surnaturellement du sommeil qui donne la vie, Du sommeil de la corruption Tu as éveillé la vie dans ta toute puissance.

6ème ode Hirmos Ton6

Jonas fut enfermé, mais ne resta pas dans le cœur du monstre, Il figurait Celui qui souffrit et fut livré au tombeau, et sortit de la Bête comme de la demeure des Noces, en annonçant à la garde, vous qui gardez des vanités et des mensonges, pour eux vous avez abandonné l’amour.

Gloire à Toi, notre Dieu, gloire à Toi.

Verbe, Tu fus enlevé, mais non séparé de la chair que Tu avais prise, Si ton temple fut détruit durant le temps de la Passion, ta chair et ta Divinité étaient toujours une même Personne, Car dans l’une et l’autre Tu es le Fils, le Verbe de Dieu, Dieu et Homme.

Gloire…

La faute d’Adam tua l’homme, mais non Dieu, Car si l’être terrestre de ta chair eut à souffrir, la Divinité demeura impassible, Tu as transformé en incorruptibilité ce qui en Toi était corruptible, Tu as révélé la source de la vie incorruptible, par ta Résurrection.

Et maintenant…

L’enfer domine la race des mortels, mais son règne n’est pas éternel, Car déposé dans le tombeau, Tout Puissant, Tu as brisé les verrous de la mort, par ta main qui est au commencement de la vie, et Tu as annoncé la vraie délivrance, à ceux qui dormaient là-bas depuis l’origine des siècles, Sauveur devenu le premier né des morts.

Kondakion Ton 6

Celui qui a fermé l’abîme est mort,
Enveloppé de myrrhe et d’un linceul,
l’Immortel comme un mortel est déposé dans le sépulcre,
Mais les femmes sont venues pour L’embaumer, pleurant amèrement et disant,
Ce sabbat entre tous est béni,
Car le Christ endormi ressuscitera le troisième jour.

Ikos,

Celui qui contient l’univers fut élevé sur la croix, et toute la création pleure de le voir nu, suspendu à l’Arbre. Le soleil cacha ses rayons et les astres retirèrent leur lumière. La terre trembla de peur. La mer s’enfuit. Les pierres éclatèrent. De nombreux sépulcres s’ouvrirent. Et les corps des hommes saints se relevèrent. En bas l’enfer implore. Et les Juifs songent à calomnier la résurrection du Christ. Mais les femmes proclament,

Ce sabbat entre tous est béni,
Car le Christ endormi ressuscitera le troisième jour.

Synaxaire

Le grand Samedi Saint nous célébrons l’ensevelissement du Corps de Dieu et la descente en enfer de notre Seigneur et Sauveur Jésus Christ, par lesquels Il rappela de la corruption notre race et la transporta dans la vie éternelle. Garde, en vain tu surveilles le sépulcre car le tombeau ne pourra pas enfermer Celui qui est en soi la vie Par ta descente ineffable, Christ notre Dieu, aie pitié de nous, Amen.

7ème ode Hirmos Ton6

Indicible miracle, Celui qui dans la fournaise délivra de la flamme les saints enfants, est déposé mort et sans souffle dans le tombeau, pour le salut de ceux qui chantent Dieu Rédempteur, Tu es béni.

Gloire à Toi, notre Dieu, gloire à Toi.

L’enfer est meurtri, recevant dans son cœur, Celui qui fut percé au côté par la lance, et il est consumé par la force du feu divin, pour le salut de ceux qui chantent, Dieu Rédempteur, Tu es béni.

Bienheureux tombeau, Recevant en lui comme endormi le Créateur, il fut le trésor divin de la vie, pour le salut de ceux qui chantent, Dieu Rédempteur, Tu es béni.

Gloire…

La Vie de l’univers accepte d’être déposée, selon la loi des morts dans le tombeau, et d’en faire la source de la résurrection, pour le salut de ceux qui chantent, Dieu Rédempteur, Tu es béni.

Et maintenant…

En enfer, dans le tombeau et dans l’Eden, une et indivisible était la Divinité du Christ, avec le Père et l’Esprit, pour le salut de ceux qui chantent, Dieu Rédempteur, Tu es béni.

8ème ode Hirmos Ton6

Ciel, frémis de peur, Tremblez, fondements de la terre, Voici, Celui qui demeure au plus haut des cieux, est compté parmi les morts et recueilli dans un étroit tombeau, Enfants bénissez Le, prêtres, célébrez Le, peuples, exaltez Le dans tous les siècles.

Le temple sacré est détruit, Mais Il va relever avec Lui la maison tombée, Deuxième Adam qui demeures au plus haut des cieux, Tu es descendu pour le premier Adam jusqu’au fond de l’enfer, Enfants bénissez, prêtres célébrez, peuples exaltez dans tous les siècles.

L’audace des disciples est tombée, Mais Joseph d’Arimathie eut le courage, voyant mort et nu le Dieu de l’univers, de Le demander et de L’ensevelir en proclamant, Enfants bénissez, prêtres célébrez, peuples exaltez dans tous les siècles.

Ô les miracles nouveaux, Ô la bonté, Ô l’ineffable patience, Celui qui demeure au plus haut des cieux se laisse sceller sous la terre, Dieu est calomnié comme un menteur, Enfants, bénissez Le, Prêtres, célébrez Le, peuples exaltez Le dans tous les siècles.

Louons, bénissons et adorons le Seigneur, exaltons-le dans tous les siècles !

9ème ode Hirmos Ton 6

Ne pleure pas, ma Mère, de voir dans le tombeau, le Fils que tu as conçu sans semence, Car Je ressusciterai, Je serai glorifié, et J’élèverai dans la gloire en Dieu, ceux qui dans la foi et le désir t’exaltent.

Très sainte Mère de Dieu, sauve-nous !

A ta naissance merveilleuse, j’échappai aux douleurs, Il me fut donné surnaturellement d’être bienheureuse, mon Fils qui n’as pas de commencement, Mais maintenant, mon Dieu, Te voyant mort, sans souffle, je suis cruellement déchirée par le glaive de la tristesse, Mais ressuscite, et je serai exaltée.

Gloire…

La terre Me recouvre, Mère, car Je le veux, Mais tremblent les gardes des portes de l’enfer, de Me voir porter le vêtement ensanglanté de la vengeance, Car en Dieu sur la croix, J’ai renversé les ennemis, Je ressusciterai et Je t’exalterai.

Et maintenant…

Que la création exulte, Que tous les enfants de la terre se réjouissent, Car l’ennemi, l’enfer, est dépouillé, Que viennent les femmes à ma rencontre avec la myrrhe, Je délivrerai Adam et Eve et tous les hommes, et Je ressusciterai le troisième jour.

Exapostilaire Ton2

Saint est le Seigneur, notre Dieu. 3 fois.

Laudes

Louez le Seigneur depuis les cieux,
Louez-le dans les hauteurs.

Louez Dieu dans son sanctuaire, louez-le au firmament de sa puissance.
Louez-le pour ses hauts faits, louez-le pour sa grandeur infinie.

Ton 2, Aujourd’hui le tombeau enferme, Celui qui tient dans sa main la création, Une pierre couvre Celui qui a couvert de beauté les cieux, La vie est endormie, l’enfer tremble, et Adam est délivré de ses liens, Gloire à ta providence par laquelle accomplissant le repos éternel, Tu nous as donné ta toute sainte Résurrection d’entre les morts.

Louez-le aux sonneries du cor, louez-le par la cithare et la harpe.

Quelle est cette vision? Quel est ce repos?, Le Roi des siècles accomplissant la providence par la Passion, repose dans un tombeau et nous donne un nouveau Sabbat, Appelons Le. Ressuscite, Dieu, pour juger la terre, Car Tu règnes dans les siècles. Infini est ton grand amour.

Louez-le avec tambours et danses, louez-le avec cordes et flûtes.

Venez voir notre Vie gisant dans le sépulcre, pour rendre la vie à ceux qui sont dans les tombeaux, Venez aujourd’hui, voyant endormi l’enfant de Juda, et disons Lui comme le prophète, Tu T’es couché pour dormir comme un lion, Roi, qui T’éveillera?, Mais de Toi-même ressuscite, Tu T’es donné pour nous Seigneur, gloire à Toi.

Louez-le avec les cymbales sonores, louez-le avec les cymbales d’ovation,
que tout ce qui vit et respire loue le Seigneur !

Ton 6, Joseph demanda le corps de Jésus, et Le déposa dans son sépulcre neuf, Car Il devait venir du tombeau comme du lieu des Noces, Toi qui as brisé le pouvoir de la mort, et ouvert aux hommes les portes du Paradis, gloire à Toi.

Ton 6, Gloire…

Le grand Moïse prophétisa mystérieusement ce jour en disant:, et Dieu bénit le septième jour, Car c’est ici le Sabbat béni, C’est ici le jour du repos, En lui le Fils de Dieu s’est reposé de toutes ses œuvres, Il a tout accompli par la mort, Il a célébré le Sabbat dans sa chair, Et revenant à ce qui était, par la Résurrection, Il nous a donné la vie éternelle, en sa bonté et son amour de l’homme.

Ton 2, Et maintenant…

Tu es bénie au dessus de tout, Vierge, Mère de Dieu, Car par Celui qui en toi S’est incarné, l’enfer a été pris, Adam rappelé, la malédiction détruite, Eve délivrée, la mort anéantie, et nous, nous avons reçu la vie, et nous chantons, Béni est le Christ notre Dieu qui a voulu qu’il en soit ainsi. Gloire à Toi.

Grande doxologie

Gloire à toi qui nous as montré la lumière.
Gloire à Dieu au plus haut des cieux et paix sur la terre,
bienveillance parmi les hommes.
Nous te chantons, nous te bénissons, nous t’adorons,
nous te glorifions, nous te rendons grâce pour ta grande gloire.
Seigneur, Roi céleste, Dieu et Père tout-puissant ;
Seigneur, Fils unique, Jésus Christ, et Saint-Esprit ;
Seigneur Dieu, Agneau de Dieu, Fils du Père,
Toi qui ôtes le péché du monde, aie pitié de nous ;
Toi qui ôtes les péchés monde, reçois notre prière ;
Toi qui sièges à la droite du Père, aie pitié de nous.
Car tu es le seul Saint, le seul Seigneur,
Jésus Christ, à la gloire de Dieu le Père. Amen.

Chaque jour je te bénirai et louerai ton Nom dans les siècles des siècles.
Daigne, Seigneur, nous garder ce jour sans péché.
Tu es béni, Seigneur, Dieu de nos pères,
et ton Nom est loué et glorifié dans les siècles. Amen.

Que ta miséricorde, Seigneur, soit sur nous,
comme nous avons espéré en toi.
Tu es béni, Seigneur, enseigne-moi tes jugements. (3 fois)

Seigneur, tu as été pour nous un refuge d’âge en âge.
J’ai dit Seigneur, aie pitié de moi,
guéris mon âme, car j’ai péché contre toi.
Seigneur, je me suis réfugié auprès de toi,
enseigne-moi à faire ta volonté, car tu es mon Dieu.
Car auprès de toi est la source de la vie,
dans ta lumière nous verrons la lumière.
Étends ta miséricorde sur ceux qui te connaissent.

Saint Dieu, Saint Fort, Saint Immortel, aie pitié de nous. (3 fois)

Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit, et maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen.

Saint Immortel, aie pitié de nous.

Et plus solennellement : Saint Dieu, Saint Fort, Saint Immortel, aie pitié de nous.

* L’attention retourne au tombeau

Tropaire Ton7

Le noble Joseph descendit, de l’Arbre de la croix ton corps sacré, l’entoura d’un linceul pur, le couvrit de parfums, et l’ensevelit dans un sépulcre neuf.

Tropaire de la Prophétie. Ton 2.

Christ qui tiens les limites du monde, Tu as accepté d’être enfermé dans un tombeau, pour délivrer l’humanité de la chute de l’enfer, Tu as vaincu la mort et nous as rendu la vie en Dieu immortel.

Prokimenon Ton 4

Ressuscite, Seigneur, Viens a notre secours et délivre nous à cause de ton Nom.

V. Dieu, nous avons entendu de nos oreilles, et nos pères nous l’ont annoncé.

Lecture de la Prophétie d’Ezéchiel. (37, 1-14)

La main du Seigneur fut sur moi. Le Seigneur m’emporta en esprit. Et Il me déposa au milieu de la vallée. Et la vallée était pleine d’ossements. Il me fit passer parmi eux et tourner autour. Et voici, ils étaient fort nombreux sur la face de la vallée. Et ils étaient complètement desséchés. Il me dit: Fils de l’homme, ces ossements vivront ils? Je répondis: Seigneur, Tu le sais. Il me dit: Prophétise sur ces ossements. Tu leur diras: Ossements desséchés, écoutez la parole du Seigneur.

Ainsi parle le Seigneur à ces ossements: Voici, je vais faire entrer en vous l’esprit et vous vivrez. Je vous donnerai des nerfs, je ferai croître sur vous de la chair, je vous couvrirai de peau, je mettrai en vous l’esprit. Vous vivrez et vous saurez que Je suis le Seigneur. Je prophétisai comme j’en avais reçu l’ordre. Quand je prophétisai, il y eut une rumeur. Voici, il y eut un tremblement. Et les os s’approchèrent les uns des autres. Je regardai, et voici: Il leur vint des nerfs, il leur poussa de la chair. Et la peau les couvrit par dessus. Mais l’esprit n’était pas en eux. Il me dit: Prophétise à l’esprit, prophétise, fils de l’homme. Tu diras à l’esprit: Ainsi parle le Seigneur: Esprit, viens des quatre vents. Souffle sur ces morts. Et qu’ils vivent. Je prophétisai, comme Il m’en avait donné l’ordre. L’esprit entra en eux, Ils reprirent vie et se dressèrent sur leurs pieds. Leur assemblée était immense. Il me dit: Fils de l’homme, ces ossements, c’est toute la maison d’Israël. Voici, ils disent: Nos os sont desséchés, notre espérance est détruite, nous sommes perdus. Prophétise donc. Tu leur diras: ainsi parle le Seigneur: Voici, J’ouvrirai vos tombeaux. Je vous ferai remonter de vos sépulcres, mon peuple, et Je vous ramènerai sur la terre d’Israël. Et vous saurez que Je suis le Seigneur, lorsque J’ouvrirai vos tombeaux et que Je vous ferai remonter de vos sépulcres, mon peuple. Je mettrai mon esprit en vous, et vous vivrez. Je vous rétablirai dans votre pays. Et vous saurez que Je suis le Seigneur. J’ai dit et Je ferai, dit le Seigneur.

Prokimenon Ton 7

Ressuscite, Seigneur mon Dieu, Que se lève ta main, n’oublie pas tes pauvres à jamais.

V. Je Te célébrerai, Seigneur, de tout mon cœur, je raconterai toutes tes merveilles.

Lecture de la Première Epître de Saint Paul aux Corinthiens (5, 6-8 et Galates 3, 13-14)

Frères, un peu de levain fait lever toute la pâte. Purifiez vous du vieux levain, afin d’être une pâte nouvelle, dès lors que vous êtes sans levain. Car le Christ notre Pâque a été immolé. Célébrons donc la fête, non avec du vieux levain, non avec un levain de vice et de malice, mais avec les pains sans levain de la pureté et de la vérité. Car le Christ nous a rachetés de la malédiction de la Loi, en devenant pour nous malédiction (Il est écrit en effet: maudit est tout homme suspendu au bois), afin qu’aille aux païens dans le Christ Jésus la bénédiction d’Abraham, et que nous recevions par la foi la promesse de l’Esprit.

Alléluia. Ton 5

Que Dieu se lève. Que ses ennemis soient dispersés et que fuient devant son visage tous ceux qui Le haïssent.

V. Qu’il disparaissent comme se dissipe la fumée, comme fond la cire devant le feu. V. Ainsi se perdront les pécheurs devant la face de Dieu, et les justes seront dans l’allégresse.

Saint Evangile selon Matthieu (27, 62-66)

Le lendemain, qui était (le jour) après la Préparation, les grands prêtres et les Pharisiens allèrent ensemble trouver Pilate

63 et dirent : « Seigneur, nous nous sommes rappelés que cet imposteur, lorsqu’il vivait encore, a dit : « Dans trois jours je ressusciterai. »

64 Commandez donc que le tombeau soit bien gardé jusqu’au troisième jour, de peur que ses disciples ne viennent le dérober et disent au peuple : « Il est ressuscité des morts. » Cette dernière imposture serait pire que la première. »

65 Pilate leur dit : « Vous avez une garde : allez, gardez-le comme vous l’entendez. »

66 Ils s’en allèrent donc et ils s’assurèrent du tombeau en scellant la pierre, avec une garde.

 

Prière du matin à réciter ensemble la tête inclinée:

Seigneur très-saint, toi qui habites les hauteurs, et te penches vers ce qui est humble ; de ton regard partout présent, tu veilles sur toute créature. Nous nous inclinons, âme et corps, devant toi, et nous t’implorons : ô Saint des saints, de ta sainte demeure, étends ta main que nul ne peut voir, et donne à tous ta bénédiction. Et tous les péchés que nous avons commis de plein gré ou sans le vouloir, pardonne-les-nous, en ta bonté et ton amour des hommes, et accorde-nous tes biens terrestres et célestes. Car il t’appartient de nous faire miséricorde et de nous sauver, ô Christ notre Dieu, et nous te rendons gloire, Père, Fils et Saint Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.

Pour finir : Par les prières de nos saints Pères, Seigneur Jésus Christ, notre Dieu, aie pitié de nous.

P.Emmanuel