4ème dimanche de Pâques – 11 mai 2014

Jean 5; 1 – 15

Dimanche du Paralytique

En ce 4 ème dimanche de Pâques, l’Église nous propose de méditer la guérison du paralytique de la piscine de Bethzatha, issue de l’évangile selon saint Jean.

Parmi les miracles opérés par Jésus, Jean en souligne sept qu’il nomme des « signes ». Nous avons d’abord le signe de Cana où Jésus change l’eau (Jean 2 :1-12). Puis viennent la guérison du fils d’un officier (Jn 4, 43-54), celle que nous venons d’entendre, la multiplication des pains (Jn 6, 15).  Enfin, nous trouvons l’épisode où Jésus marche sur les eaux (Jn 6, 16-21), la guérison de l’aveugle-né (Jn 9, 1-41) et, la résurrection de Lazare de Béthanie (Jean 11 :1-46)

Pourquoi Jean appelle-t-il ces miracles des « signes » ? Pourquoi leur donne-t-il un statut particulier ? Ce qui relie ces différents événements, c’est qu’ils manifestent explicitement l’oeuvre mystérieuse opérée par le Sauveur dans son incarnation. Gestes visibles, concrets, accomplis par Jésus avec la puissance divine, ils renvoient à une réalité plus grande, une réalité spirituelle. Comme nous le voyons dans l’évangile, ils obligent les témoins à se positionner, à les accueillir pour entrer dans la foi, ou à les refuser s’enfermant alors dans l’incrédulité. » Le signe johannique invite à la foi. C’est bien ce que l’évangéliste précise à la fin de son ouvrage :

‘Jésus a opéré sous les yeux de ses disciples bien d’autres signes qui ne sont pas consignés dans ce livre. Ceux-ci l’ont été pour que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, et pour que, en croyant, vous ayez la vie en son nom (Jn 20, 30-31).

Le signe nous invite à la foi pour que nous ayons la vie. De quoi cette guérison est-elle le signe ? A quelle vie nous invite-t-elle ? Nous avons la réponse à ces questions dans le récit lui-même. En effet, la guérison du paralytique s’opère en deux temps. Elle se manifeste d’abord comme une guérison du corps de cet homme blessé, paralysé par la maladie : « Lèvetoi, prends ton brancard, et marche… L’homme fut guéri. Il prit son brancard : il marchait ! ». Puis la guérison opérée par Jésus passe d’une dimension physique à une dimension spirituelle. Jésus invite l’homme qu’il vient de guérir à renoncer au péché, à vivre dans la sainteté : « Te voilà guéri. Ne pèche plus, il pourrait t’arriver quelque chose de pire. ». Cet homme se découvre guéri de ce qui l’empêchait d’avancer, de sa paralysie physique. En même temps, il découvre qu’il était également paralysé par une autre maladie, celle du péché, qui le fagotait et l’empêchait d’avancer vers Dieu.

« Lève-toi et marche ». Cet ordre de Jésus nous renvoie à une autre réalité, celle pour laquelle il est venu parmi les hommes, celle qui est le coeur de notre foi. Le verbe « se lever » est celui que l’évangile utilise pour décrire la résurrection : mis au tombeau, le Christ s’est levé des morts : « Le Christ est ressuscité et il n’y a plus un seul mort au tombeau, proclame Jean

Chrysostome dans l’homélie pascale que nous avons entendu au coeur des Matines de la résurrection. Car le Christ s’étant relevé des morts est devenu prémices de ceux qui se sont endormis. » « Lève-toi et marche ! » Jésus s’est relevé d’entre les morts, comme premier-né d’une multitude. Le paralytique de la piscine de Bethzatha annonce, préfigure cette humanité qui git au sol, paralysée par le péché, à côté de la source de vie mais incapable de s’avancer jusqu’à cette source. Il a fallu que le Sauveur s’approche d’elle et la relève pour qu’elle puisse enfin se relever pour vivre. Cet homme « est l’image de tout être humain que le péché empêche de bouger librement, de marcher sur le chemin du bien, de donner le meilleur de lui. En effet, le mal, qui se niche dans l’âme, lie l’homme par des liens du mensonge, de la colère, de l’envie, et des autres péchés, et peu à peu, le paralyse (…). Le message est clair : l’homme, paralysé par le péché, a besoin de la miséricorde de Dieu, que le Christ est venu lui donner, afin qu’une fois guéri dans son coeur, toute son existence puisse refleurir ». (Benoît XVI, 19.02.06) Par sa résurrection, le Sauveur ressuscite l’humanité et la relève de la mort.

 

Le Christ est venu donner sa miséricorde en délivrant l’homme de la mort éternelle. Il manifeste dès à présent cette miséricorde dans le sacrement de son Pardon. « Lorsque je vais me confesser, c’est pour être guéri, pour guérir mon âme, guérir mon coeur et ce que j’ai fait et qui ne va pas.  L’image biblique qui les exprime le mieux, dans leur lien profond, est l’épisode du pardon et de la guérison du paralytique, lorsque le Seigneur se révèle à la fois comme médecin des âmes et des corps » (pape François, 19.02.14).

« Lève-toi, prends ton brancard et marche ! » Délivré des liens du péché, l’homme entre alors dans une relation nouvelle avec ses frères. Dans une homélie de saint Augustin, nous trouvons une lecture allégorique du brancard : « En disant : Prends ton brancard, le Seigneur me semble donc avoir dit : Aime ton prochain. » (Homélies sur l’Evangile de Jean, Tr XVII,

8 : commentaire de Jn 5) Augustin poursuit : « Il est nécessaire d’expliquer pourquoi c’est l’amour du prochain qui est recommandé dans l’ordre de prendre son grabat. […] Cet homme, quand il était malade, était porté par le brancard et qu’une fois guéri il porte le brancard. Que dit l’Apôtre ? Portez les fardeaux les uns des autres et vous accomplirez ainsi la loi du Christ [Gal, 6, 3]. La loi du Christ est donc la charité et la charité n’est accomplie que si nous portons mutuellement nos fardeaux : nous supportant, est-il dit les uns les autres dans la dilection, attentifs à garder l’unité de l’esprit dans le lien de la paix. Quand tu étais malade, ton prochain te portait ; tu es guéri, porte ton prochain. Portez les fardeaux les uns des autres et vous accomplirez la loi du Christ. C’est ainsi, ô homme, que tu accompliras ce qui te manquait. Par conséquent, porte ton brancard. Mais quand tu l’auras pris, ne reste pas en place, marche. En aimant ton prochain, en prenant soin de ton prochain, tu fais du chemin. Où diriges-tu tes pas sinon vers le Seigneur ton Dieu, vers celui que nous devons aimer de tout notre coeur, de toute notre âme, de tout notre esprit ? Nous ne sommes pas encore parvenus jusqu’au Seigneur, mais nous avons le prochain avec nous. Porte donc celui avec qui tu marches afin de parvenir jusqu’à celui avec qui tu désires demeurer. Donc, prends ton brancard et marche. » (Hom. Sur l’Evangile de Jean Tr XVII, 9)

Nous sommes aujourd’hui provoqué à croire en Jésus qui sauve l’homme, qui le relève et le guérit. Croire, c’est comprendre mais c’est surtout vivre ce que nous comprenons. Alors sachons vivre cette bonne nouvelle qui nous est révélée.

Amin !