Théophanie – 12 janvier 2014

 

“Celui-ci est mon Fils”

Matthieu 3, 13 – 17

Jean s’est retiré au désert, près du Jourdain. Là, il y mène une vie d’ascèse et de pénitence. Aux foules qui accourent auprès de lui, il propose de se faire baptiser en signe de repentir et de manifester ainsi leur désir profond de conversion . A ceux qui s’interrogent sur lui, il affirme avec force qu’il n’est pas le messie, qu’il n’est que le précurseur de celui dont il déclare dans son humilité extrême qu’il est indigne de se courber à ses pieds afin de dénouer les cordons de ses sandales ! Il n’est que la voix qui crie dans le désert afin de préparer les chemins du Seigneur. Et voici que Jésus vient de Gallilée vers Jean afin d’être baptisé par lui. Le refus et les protestations du prophète sont fermes et sans appel. C’est lui, affirme-t-il avec force qui a besoin d’être baptisé parce qu’il est pécheur et non Jésus le messie – le Fils du Très Haut – dont il annonce et précède la venue ! Mais Jésus insiste car il convient d’accomplir toute justice. » Saint Paul expliquera que Jésus s’est fait semblable à nous en tous points, excepté le péché, ce péché dont il supportera pourtant les conséquences, la souffrance et la mort. i Voilà pourquoi il tient à recevoir; des mains de Jean ce baptême de repentence pour nous montrer, en une sublime humilité le chemin de la conversion et nous préparer à accueillir le baptême -donné dans l’Esprit Saint pour le pardon de nos péchés et notre filiation divine.

Ainsi donc, comme l’exprimait voici quelques jours le pape François “le baptême n’est pas une formalité mais un acte qui marque en profondeur notre existence en nous plongeant dans la source infinie de la vie qu’es la mort de Jésus – le plus grand acte d’amour de l’histoire. Un enfant ou un adulte non baptisé n’est pas comme un enfant ou un adulte baptisé. Grâce à cet amour nous vivons une vie nouvelle libérée du mal, du péché et de la mort, en communion avec Dieu et nos frères … Le baptême, nous sommes appelés à le vivre chaque jour ! … Si malgré nos limites et nos manquements nous réussissons à demeurer dans l’Eglise, c’est grâce à notre baptême qui a fait de nous des créatures nouvelles revêtues du Christ.”
Oui, par le baptême, revêtus du Christ par la fécondité de l’Esprit Saint, nous devenons enfants du Père. C’est cette Trinité d’amour qui s’est manifestée au bord du Jourdain où Jean baptisait. Gloire en soit rendue à notre Dieu qui aime les hommes.